Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 février 2017 - 09:53

Annulation de la réforme des taxes foncières agricoles

Soulagé du recul du gouvernement, Jean-François Roberge demande «un ministre à temps plein» pour les agriculteurs

Par Salle des nouvelles

Jean-François Roberge se dit soulagé de voir le gouvernement faire marche arrière dans le dossier de la réforme des taxes foncières des agriculteurs, «la seule décision cohérente qui s’imposait», selon le député de Chambly.
 
Rappelons que jusqu’à tout récemment, le ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ) menaçait de procéder unilatéralement à une réforme des taxes foncières pour les agriculteurs. Cette réforme se serait traduite par des hausses importantes pour les agriculteurs de Chambly et de la Montérégie. En décembre dernier, la division montérégienne de l’Union des producteurs agricoles (UPA) avait d’ailleurs  mis au jour  le cas d’agriculteurs de la région dont la hausse devait atteindre plus de 130%.
 
Jean-François Roberge et ses collègues de la Coalition Avenir Québec étaient entre-temps intervenus plusieurs fois à l’Assemblée nationale pour réclamer l’annulation pure et simple de cette réforme. Pour le député, «il s’agit avant tout d’une victoire pour nos agriculteurs. Nous sommes fiers d’avoir pu les soutenir, comme nous le faisons d’ailleurs depuis notre arrivée au Salon Bleu».
 
Réparer les pots cassés
Désormais, le gouvernement libéral doit travailler à réparer les pots cassés, selon M. Roberge. «Ce projet insensé a rompu le lien de confiance qui existait entre le MAPAQ et les agriculteurs, soutient le député. L’UPA avait même été jusqu’à réclamer la démission de Pierre Paradis, le ministre qui était alors en charge du dossier. C’est très révélateur du climat qui règne actuellement». 
 
Un premier geste fort serait d’ailleurs, selon M. Roberge, de nommer un réel successeur à Pierre Paradis.  Rappelons que M. Paradis a récemment été exclu du Conseil des ministres en raison d’allégations d’inconduite sexuelle pesant contre lui. À ce titre, le député Roberge partage l’avis de son collègue Donald Martel, porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’Agriculture : «les agriculteurs doivent avoir un interlocuteur entièrement dédié à leurs besoins, pas un ministre qui fait l’aller-retour entre le ministère des Transports et celui de l’Agriculture».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.