Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
2 juin 2017 - 09:07

Droit à l’éducation et lutte contre les écoles religieuses illégales

Le député Roberge dépose son premier projet de loi à l’Assemblée nationale

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le député de Chambly Jean-François Roberge a déposé, jeudi à l’Assemblée nationale, le projet de loi 897 afin de donner plus de mordant à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et lui permettre d’intervenir pour assurer à tous les enfants, peu importe la religion de leur parent, une scolarisation qui répond aux valeurs québécoises et aux normes du ministère de l’Éducation.
 
Il s’agit du tout premier projet de loi déposé par le député, également porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière d’Éducation. Pour lui, les concepts de négligence et de scolarisation prévue actuellement dans la Loi sur la protection de la jeunesse sont trop flous et donnent carte blanche à certains milieux religieux pour scolariser des enfants sans suivre le cursus scolaire conforme aux exigences du gouvernement et valeurs québécoises.
 
« La situation dans certaines écoles religieuses illégales inquiète les Québécois. Depuis près de 15 ans, chaque fois que surviennent des cas sensibles dans l’actualité, le gouvernement libéral se ferme les yeux et refuse de s’en mêler. C’est assez, je refuse que des communautés religieuses isolent des enfants du reste du Québec et les empêchent d’être exposés aux valeurs enseignées dans nos écoles. C’est le droit à l’éducation de ces enfants qui est bafoué », explique M. Roberge, lui-même enseignant de profession.
 
Celui-ci demande au gouvernement libéral de saisir cette opportunité et d’enfin régler le problème grandissant des écoles religieuses clandestines. La solution du Parti libéral, qui a été de conclure des ententes avec certaines de ces écoles afin que les enfants puissent être scolarisés à la maison, ne fonctionne visiblement pas, puisque les cas d’enfants privés d’une éducation de qualité ne cessent de se multiplier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Donner à la DPJ le mandat d'intervenir pour des raisons idéologiques et pédagogiques est une entreprise dangereuse, qui brime les libertés fondamentales des familles et des individus. En effet, en quoi le programme et les normes du Ministère constituent-ils le seul cursus valide? En quoi une éducation personnalisée qui s'en écarte, d'une façon ou d'une autre, est-elle de moindre qualité?
    Et qui se permet de décider quelles sont les valeurs québécoises? Dans une société démocratique saine, les valeurs devraient s'installer naturellement, du bas vers le haut, des individus vers l'État. Lorsque l'État choisit et impose des valeurs à la population, du haut vers le bas, notamment avec des lois coercitives déterminant l'éducation que tout enfant doit recevoir, avec ou sans le consentement de ses parents, on parle d'endoctrinement, voire de totalitarisme. Le Québec est une société plurariste et nos représentants se doivent de respecter cette pluralité, de reconnaitre que les membres des différentes minorités sont aussi des Québécois et que leurs valeurs, par conséquent, font partie des valeurs québécoises et doivent être reconnues comme telles.

    Julie Charette - 2017-08-15 22:06