Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 novembre 2012 - 00:00

Aider l'adolescent à gérer son stress

Par Chantal David

Une des interventions importantes qu’un parent peut faire auprès de son jeune est de l’aider à trouver des moyens de gérer son stress. Les adolescents font face à de nombreux stress car ils sont en période de changement et ils développent leur autonomie. Ils feront face à plusieurs nouvelles réalités et responsabilités. Ils ont des choix d’avenir à faire : les études, le travail (formations spécifiques), la santé, les habitudes de vie, les premiers amours et les changements dans leur corps. Ils vont devoir gérer leur monde émotif, les amitiés et les relations avec leurs parents qui évoluent beaucoup. Ont-ils des parents ouverts et désireux de les comprendre ou des parents rigides, insécures et anxieux face à l’avenir et aux changements?

Les jeunes ont aussi à composer avec les stresseurs tels que les disputes entre parents, la séparation ou le divorce de ceux-ci, la dépression de la mère et les comportements délinquants du père. Ce serait là, les trois principales causes de stress vécu à l’adolescence, selon plusieurs auteurs. Bien sûr, d’autres stresseurs peuvent se pointer : le décès d’un parent ou ami, le suicide d’une personne aimée, des problèmes de santé, d’apparence physique, des difficultés scolaires, un déménagement et changement d’école, etc. Les adolescents doivent être bien accompagnés car la vie amène son lot de défis à relever!

Pour que les jeunes arrivent à se détacher de leurs parents, il faut que ceux-ci soient des modèles solides et sécurisants. Cela ne veut pas dire qu’ils doivent être parfaits et ne vivre aucune émotion intense et/ou difficile. Il s’agit pour le parent de montrer au jeune qu’il est là pour lui avant tout et que s’il a des problèmes comme parent ou comme personne, il ira se chercher l’aide dont il a besoin pour retrouver l’équilibre. Il est rassurant pour un adolescent de constater que devant les problèmes et les épreuves de la vie, ses parents cherchent des solutions et ne se désorganisent pas pour autant à long terme.

Si le parent réalise que son jeune a vécu un des évènements qui constitue une des 4 causes de stress les plus courantes dans les derniers mois, il peut l’aider en évitant de s’en faire un confident régulier ou en le rendant témoin de chaque conflit et sans aucune récupération de ce qui s’est passé par la suite. Il est bon de le mettre au courant de la situation d’ensemble, de l’accueillir sur ce qu’il ressent et de voir avec lui comment il pourrait diminuer son stress.

Le stress non géré et accumulé a des effets nocifs sur le corps et l’humeur. Le jeune pourrait développer toutes sortes de maux ou se causer des blessures en plus de vivre des hauts et des bas plus rapprochés dans son humeur. De plus, les problèmes de comportements ou d’apprentissages peuvent être un signe de trop grand stress vécu par le jeune.

Il est possible de poser des questions à l’adolescent pour bien saisir où sont situés ses points vulnérables. En le faisant par écrit, cela va faciliter le processus pour le jeune. Il est bon de mettre un choix de réponse, par exemple, pas du tout, un peu, moyennement, beaucoup. Les différents aspects à investiguer concernent l’image corporelle, la vie à l’école, la vie familiale, la vie sociale et la vie amoureuse. Les questions gravitent autour des difficultés rencontrées ou non. Un questionnaire est déjà fait dans « L’estime de soi de nos adolescents, Guide pratique à l’intention des parents, Duclos, Germain, Laporte, Danielle et Ross, Jacques aux éditions de l’hôpital Ste-Justine.

Aider l’adolescent à identifier les signes qui se font sentir dans son corps est important. Par exemple, a-t-il eu les mains moites, une boule dans la gorge, d’être tendu, d’avoir l’impression de manquer de temps, d’avoir mal au dos, au ventre ou à la tête, de pleurer facilement, de se fâcher pour des riens, d’être anxieux, d’avoir de la difficulté à dormir, de manger moins ou beaucoup, d’oublier des objets, d’être distrait, bref, il faut aider l’adolescent à reconnaître ses signes à lui qui indiquent qu’il est temps de s’occuper de lui.

Le stress est lié au processus d’adaptation à des changements pas toujours désirés ou désirables. Trop de changements à la fois même positifs vont créer un stress qui soulève des tensions. Toutefois, il est possible de se préparer au changement et les parents peuvent aider en dédramatisant les évènements avec le jeune et en cherchant des moyens d’y faire face. Par exemple, un stress important relié à un changement d’école peut diminuer si la possibilité d’aller visiter la nouvelle école au plus vite. Le jeune peut également tenir contact avec ses amis qu’il ne veut pas perdre à l’aide de différents moyens.

Il faut éviter de faire la morale pour faire taire l’adolescent qui a besoin de s’exprimer sur les stress qu’il vit. Une écoute attentive sans jugements permet au jeune d’évacuer son trop-plein émotif et d’avoir des idées de solutions par la suite car le stress est moindre et ne prend plus toute la place. Il faut éviter de minimiser ce que vit l’adolescent, de l’humilier ou de rire de ce qu’il vit et ressent. L’autorité rigide n’apporte rien de bon non plus puisqu’elle fait taire le jeune et il peut le vivre comme un rejet de ce qu’il expérimente. Il est positif de parler des projets avec ses amis devant lui et d’être ouvert aux réactions.

Dès le départ, il est gagnant de parler du changement qu’on voit venir pour laisser le jeune réagir et réfléchir sur le sujet. Laisser passer du temps est sage pour que sa réaction première puisse se déposer. Puis, des explications des raisons du changement sans toutefois se justifier ou vouloir l’approbation de l’adolescent, permet à ce dernier de se sentir important à vos yeux.

Il fait partie intégrante des changements et il devient un participant plutôt qu’une victime de ceux-ci. Il reprend du pouvoir, du contrôle, là où c’est possible. N’est-ce pas là un apprentissage qui l’aidera tout au long de sa vie……

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.