Publicité

16 décembre 2021 - 19:00

« On va être frappé »

Québec fait marche arrière pour les fêtes

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Devant près de 3700 cas enregistrés seulement ce jeudi, la récente hausse des hospitalisations et la montée du variant Omicron, le gouvernement de François Legault recule sur les assouplissements annoncés au début du mois. Les rassemblements privés intérieurs ne seront plus de 20, mais de 10 personnes vaccinées pour le temps des fêtes.

Le premier ministre François Legault a commencé le point de presse en indiquant qu’il avait de mauvaises nouvelles à annoncer. Les contacts seront réduits de moitié partout à compter du lundi 20 décembre.

Le nombre de personnes autorisées lors des rassemblements privés intérieurs restera ainsi à 10 personnes, comme c’est le cas actuellement. « Même à 10 personnes, il faut être très prudent et le faire si c’est absolument nécessaire », a averti François Legault en rappelant l’importance de la ventilation et de faire attention aux personnes vulnérables. 

La capacité d’accueil dans les restaurants, les bars, les salles de spectacles et les amphithéâtres sera diminuée de moitié. Le match du Canadien de Montréal se tiendra d’ailleurs à huis clos contre les Flyers de Philadelphie ce soir. La situation sera ainsi pour les prochains matchs jusqu’à nouvel ordre. D'autres spectacles pourraient être reportés.

Les lieux de culte devront aussi réduire le nombre de fidèles de moitié et le passeport vaccinal sera exigé. Le nombre maximal de personnes sera limité à 250. 

Il faudra dire adieu aux fêtes de bureau, aux pistes de danse et au karaoké qui seront à nouveau interdits.

Les sports et les activités extérieures resteront pour leur part au statu quo. Les tournois et les compétitions sont toutefois annulés. 

Dans les écoles, les élèves au primaire pourront recommencer à la date prévue en janvier. « On ne veut pas fermer les écoles et en plus ça aide la vaccination des enfants », a déclaré M. Legault. 

Les étudiants du secondaire, des cégeps et des universités devront quant à eux reprendre leurs cours en présentiel seulement à partir du 10 janvier. Le télé-enseignement sera privilégié avant cette date. 

Un variant qui inquiète

« On va être frappé, lance le premier ministre en point de presse jeudi. C’est certain que le fait qu’on soit mieux vacciné qu’ailleurs dans le monde, ça va nous aider, mais malgré ça, on va être frappé. »

François Legault a mentionné que les gens non vaccinés ont présentement 15 fois plus de chances d’être infectés au coronavirus.

Le criblage demandé par Québec révèle que le variant Omicron représente 20 % des nouveaux cas et cette proportion augmentera assurément.  Cette prévalence du variant pourrait se traduire par une hausse des hospitalisations en raison de sa contagiosité.

« Les hospitalisations, c’est depuis longtemps notre grande source d’inquiétude. On a un réseau de la santé qui est déjà fragile, on a des travailleurs de la santé qui depuis 21 mois soignent les patients COVID et les patients réguliers », soutient M. Legault. 

L’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) rendait publiques plus tôt aujourd’hui ses prévisions pour les prochaines semaines. La capacité hospitalière pourrait être atteinte le 8 janvier si les mesures sanitaires restent les mêmes. Le délestage reprendrait de manière plus intensive dans un réseau de la santé déjà à bout de souffle. 

Les mesures annoncées jeudi soir sont donc nécessaires pour contrer la propagation du variant. « Je sais que les Québécois sont tannés, mais tout le monde a un rôle à jouer si on veut gagner la bataille et passer au travers », a indiqué le premier ministre. 

Ce dernier dit qu’il faut regarder froidement les données. « On va laisser l'orgueil de côté, s’il y a une chose qu’on a apprise avec cette crise, c’est de rester humble parce que ce qu’on voit aujourd’hui, ce n’est peut-être pas ce qu’on va voir demain ou la semaine prochaine. Je pense que c’est important de réagir rapidement et de s’ajuster au fur et à mesure », ajoute-t-il. 

Une troisième dose essentielle

La troisième dose du vaccin contre la COVID-19 devient primordiale face à la présence d’Omicron aux yeux de la Santé publique. Québec emboîte le pas à d’autres provinces comme l’Ontario. « Ça devient une clé importante, cette troisième dose », affirme M. Legault.

L’intervalle recommandé passe de six à trois mois. « C’est un très grand changement », indique le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. 

Avec cette recommandation, des rendez-vous supplémentaires seront disponibles et les horaires seront ajustés. Dès lundi 20 décembre, les gens de 65 ans et plus pourront recevoir une troisième dose. Pour ce qui est des personnes de 60 ans et plus, ce sera à partir du 27 décembre et les autres groupes d’âge suivront en janvier. 

Les personnes de 70 ans, les travailleurs de la santé, les personnes ayant reçu deux doses d’AstraZeneca, les femmes enceintes, et celles ayant une maladie chronique peuvent se vacciner. Le nerf de la guerre sera en revanche chez le personnel du réseau de la santé. « On va prioriser nos travailleurs de la santé et nos plus vulnérables », souligne M. Dubé. 

Le nombre de vaccinateurs est toujours un enjeu, bien que 1500 personnes se soient récemment portées volontaires. Le premier ministre a invité tous ceux qui ont les compétences de vacciner de se joindre à l’effort de guerre. 

« C’est vraiment une corvée de vaccination qu’on est en train de remettre », ajoute le ministre de la Santé. La campagne de vaccination de l’influenza qui tire à sa fin dans les pharmacies pourra aussi ajouter des ressources selon ce dernier.

La troisième dose a déjà été donnée dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées (RPA). Le passeport vaccinal sera exigé pour les visiteurs et les proches aidants dans ces établissements. Des tests rapides seront aussi rendus disponibles.

Ces tests seront accessibles, au nombre de 5 par personne, en pharmacie dès lundi. Si un résultat s’avère positif, il est important de réaliser un test de dépistage PCR.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.