Publicité
13 décembre 2018 - 12:00

Dévoilement d’une importante étude économique

L’industrie de la franchise, un levier de développement majeur pour le Québec et ses régions

Avec un chiffre d’affaires de près de 60 milliards de dollars par année, près de 10 % du total des emplois occupés au Québec, soit plus de 405 000 postes directs et indirects, et un taux de croissance annuelle net de 6 % du nombre de franchiseurs enregistré entre 2013 et 2016, l’industrie québécoise de la franchise représente un puissant moteur économique et un facteur de développement clé actif dans toutes les régions, et ce dans des secteurs d’activités très diversifiés.

Voilà ce que démontrent les résultats d’une vaste étude économique réalisée par la firme Raymond Chabot Grant Thornton pour le compte du Conseil québécois de la franchise (CQF), en collaboration avec le ministère de l’Économie et de l’Innovation, Fasken et Banque Nationale, dévoilée cet avant-midi, en conférence de presse à Montréal, en présence de nombreux dignitaires, représentants de l’industrie et du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

Le dévoilement de cette analyse d’envergure, une première réalisée au Québec dans ce secteur d’activités jusqu’ici méconnu du public, confirme l’importance de l’industrie de la franchise à titre d’employeurs, de créateurs de richesse et de facteur de développement économique et social dans toutes les régions du Québec.

Ainsi, ce sont plus de 400 franchiseurs, incluant les grandes bannières canadiennes et internationales, mais surtout une majorité d’enseignes québécoises, telles que Les rôtisseries St-Hubert, Sports Experts, Energie Cardio et Groupe MTY, qui figurent au sein du paysage québécois. C’est d’ailleurs dans les domaines de la restauration, des soins de santé et de l’automobile qu’œuvrent la majorité des 15 500 points de vente franchisés répartis sur l’ensemble du territoire de la province.

Par ailleurs, la même étude confirme l’importance de plusieurs bannières d’origine québécoise en activités dans le reste du Canada, ainsi qu’à l’international. D’autres aspects de l’étude mettent également en lumière les enjeux auxquels fait face l’industrie comme la pénurie de main-d’œuvre et l’importance de poursuivre le virage numérique pour s’adapter aux nouveaux besoins de la clientèle ainsi qu’à la concurrence accrue.

Dans ce contexte, le dévoilement de l’analyse économique servira de point d’ancrage à une campagne d’information et de positionnement destinée à mieux faire comprendre aux Québécois le rôle névralgique joué par l’industrie de la franchise dans la vitalité économique et dans le développement des régions du Québec.

L’industrie de la franchise, un levier de développement majeur pour le Québec et ses régions

Faits saillants de l’étude

  • Le secteur de la franchise au Québec contribue à 5,6 % du PIB du Québec avec un chiffre d’affaires de près de 60 milliards de dollars par année ;

  • L’industrie crée près de 10 % du nombre total d’emplois au Québec, soit plus de 405 000 emplois directs et indirects au Québec ;

  • Ce sont près de 450 franchiseurs, dont une majorité de bannières québécoises, que l’on retrouve sur l’ensemble du territoire de la province.

    Citation

    « Le Conseil québécois de la franchise est heureux de présenter ce portrait détaillé, factuel et complet des retombées économiques générées par la grande industrie de la franchise au Québec. Ces données confirment le rôle fondamental de la franchise dans la création de richesse au Québec, notamment en matière d’emplois et ce, partout sur le territoire, ainsi que la remarquable performance de ce modèle d’affaires ici et à l’extérieur de la province. Notre industrie est névralgique, mais encore trop méconnue. Le dévoilement de cette importante analyse va servir de tremplin à son positionnement et à une meilleure visibilité », précise le président-directeur général du Conseil québécois de la franchise, Christian Champagne. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.