Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Dès aujourd'hui

Hausse du versement minimal sur les cartes de crédit

durée 10h35
1 août 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un changement important dans les règles de remboursement du paiement minimal sur le solde d’une carte de crédit entre en vigueur ce lundi.

Les personnes détentrices d’une carte de crédit avant le 1er août 2019 dont le pourcentage du versement minimal mensuel était fixé à moins de 3,5 % doivent dorénavant effectuer chaque mois un paiement qui doit correspondre à 3,5 % du solde dû indiqué sur l’état de compte.

Ce changement est en vigueur jusqu’au 31 juillet 2023; il sera suivi de quelques autres ajustements.

En effet, l’Office de la protection du consommateur du Québec (OPCQ) signale qu’à compter du 1er août 2023, l’émetteur de la carte de crédit devra exiger un versement minimal correspondant à au moins 4 % du montant dû. Ce pourcentage sera relevé à 4,5 % un an plus tard, le 1er août 2024, et à 5 % le 1er août 2025.

L’OPCQ rappelle que c’est la Loi sur la protection du consommateur qui prévoit le pourcentage du versement minimal qui peut être exigé. D’ailleurs, les personnes qui détiennent un contrat de carte de crédit depuis le 1er août 2019 ont déjà un versement minimal à effectuer chaque mois qui doit correspondre à au moins 5 % du solde dû.

D’autre part, l’émetteur d’une carte de crédit a le droit de réclamer un paiement minimal de plus de 3,5 % du solde, si le contrat le prévoyait déjà. Toutefois, il ne peut le faire s’il a modifié le contrat sans l’accord du détenteur de la carte de façon à excéder 3,5 %.

L’Office de la protection du consommateur signale qu’il est toujours préférable de payer le solde de la carte de crédit chaque mois, afin d’économiser des frais de crédit. Le paiement du versement minimal chaque mois fait en sorte que le remboursement de la dette est faible.

Par exemple, si une personne achète un bien de 1000 $ avec sa carte de crédit ayant un taux de crédit de 19,90 % et ne rembourse qu’avec le versement mensuel minimum de 3,5 % du solde dû, les frais de crédit s’élèveront à 927,95 $. Il lui faudra neuf ans et neuf mois pour tout rembourser.

En juin dernier, un rapport de la firme d’analyse de crédit Equifax Canada signalait que les consommateurs canadiens utilisent de plus en plus leurs cartes de crédit. Les dépenses mensuelles moyennes par carte de crédit ont augmenté de 17,5 % au premier trimestre de 2022 par rapport à la même période, l’an dernier. La plus forte hausse des dépenses avec cet outil de consommation, de 20,4 %, a été observée en Ontario, devant celle du Québec où elles ont progressé de 18,4 %.

En général, ce sont les jeunes consommateurs qui ont fait le plus augmenter leurs dépenses par carte de crédit.

Equifax Canada a aussi observé que le volume de nouvelles cartes a augmenté de 31,2 % par rapport au premier trimestre de 2021. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


5 août 2022

Le taux de chômage à 4,1% au Québec en juillet

Le taux de chômage s’est maintenu à 4,9 % en juillet au Canada, ce qui correspond au creux historique enregistré en juin. Statistique Canada ajoute qu’au Québec, le taux de chômage du mois dernier a été mesuré à 4,1 %. À l’échelle du Canada, chez les personnes âgées de 25 à 54 ans, le taux de chômage s’est établi à 4 % le mois dernier et il a ...

5 août 2022

Ottawa contestera les tarifs douaniers américains sur le bois d’œuvre

L’imposition par Washington de droits compensateurs moins élevés que prévu sur les exportations de bois d’œuvre canadien ne contribue guère à apaiser le mécontentement d’Ottawa. La ministre fédérale du Commerce international, Mary Ng, a qualifié jeudi les plus récents tarifs douaniers américains imposés sur le bois d’oeuvre canadien de «sans ...

2 août 2022

L’attrait pour les substituts de viande dépend de son emballage, selon une étude

Est−on plus enclin à goûter à des produits végétariens si ceux−ci sont appelés différemment? Une étude de Concordia indique que oui. La présentation du produit peut faire toute la différence quand on souhaite percer chez les consommateurs qui mangent aussi de la viande, selon les données recueillies. En effet, les participants sondés à qui on ...