Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Réseau québécois pour la réussite éducative

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

durée 12h00
12 février 2024
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage. 

Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis qu'une personne sur cinq n'a pas une position claire.

Le Réseau québécois pour la réussite éducative (RQRE) a publié lundi ces données provenant d'un coup de sonde réalisé dans le cadre de la  20e édition des Journées de la persévérance scolaire. 

Selon le sondage de la firme Léger, 91 % des Québécois interrogés sont toutefois d'avis que la société devrait en faire plus pour favoriser la persévérance scolaire. 

Il en ressort également que le décrochage des élèves du secondaire et le niveau de motivation des jeunes de tous les niveaux préoccupent plus de la moitié des répondants (59 et 57 %, respectivement). 

À travers ces chiffres, le RQRE en arrive à «un constat doux-amer». 

«Les résultats du sondage illustrent non seulement la pertinence de notre mouvement, 20 ans après la première campagne régionale, mais ils démontrent le besoin encore criant pour la mobilisation de tout le Québec envers la réussite éducative de nos enfants», a déclaré la présidente du réseau, Andrée Mayer-Périard. 

L'enquête a aussi abordé la question de la conciliation du travail et des études. Plus des deux tiers des répondants ont affirmé être préoccupés par la capacité des jeunes à pouvoir jongler avec l'école et un emploi. 

Le sondage a été mené sur le web auprès de 1004 Québécois, entre le 28 novembre et le 3 décembre dernier. 

La 20e édition des Journées de la persévérance se tient cette année avec le thème «Pour le futur, persévérer se conjugue toujours au présent». 

Jusqu'à vendredi, différentes activités sont prévues un peu partout au Québec dans le but de mettre en lumière le rôle joué par l'entourage pour encourager les jeunes à persévérer. 

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...

8 janvier 2024

Le retour en classe est placé sous le signe de l'incertitude

Même si un grand nombre de professionnels du milieu de l'éducation sont contents de la fin de la grève qui a perturbé les écoles depuis le 23 novembre, plusieurs continuent d'avoir des craintes sur l'avenir du réseau et des conditions de travail. D'autres acteurs du milieu scolaire craignent aussi que les grèves aient des conséquences inégales ...