Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pendant la pandémie

Les enfants se sont bien adaptés à l’apprentissage en ligne à la maison

durée 12h04
4 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

Quelque 82 % des parents québécois, dont les enfants ont dû demeurer à la maison à cause de la pandémie, estiment que ceux-ci se sont bien adaptés aux apprentissages scolaires réalisés en ligne.

C’est ce que révèle une enquête NETendances rendue publique aujourd’hui par l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval.

Selon l’enquête, 89 % des enfants âgés de 6 à 17 ans sont demeurés à la maison en 2021 pour effectuer des apprentissages scolaires en ligne en raison de la pandémie. Les jeunes de 13 à 17 ans (94 %) ont été plus nombreux dans cette situation que ceux âgés de 6 à 12 ans (85 %).

L’enquête menée en 2021 et intitulée « La famille numérique » révèle également qu’une forte majorité de ces parents (76 %) se sentent généralement à l’aise pour soutenir leurs enfants dans ces apprentissages.

 Le temps passé sur Internet

L’enquête rapporte que 51 % des jeunes ont passé en moyenne 10 heures ou moins à naviguer sur Internet chaque semaine, 14 % y ont consacré de 11 à 15 heures et 28 % y ont passé plus de 15 heures. Ce sont 61 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans qui consacrent plus de 10 heures par semaine à naviguer sur Internet, comparativement à 28 % des jeunes âgés de 6 à 12 ans.

Vulnérables aux risques

Un peu plus du quart (28 %) des parents de jeunes âgés de 6 à 17 ans considèrent comme étant très probables les risques que leurs enfants soient victimes d’intimidation sur Internet, que ce soit par des pairs ou par des personnes inconnues. Il s’agit d’une hausse de 13 points de pourcentage par rapport à l’an dernier. Cette situation est encore plus notable lorsque le jeune fait partie du groupe d’âge des 6 à 12 ans (35 %), comparativement au groupe d’âge des 13 à 17 ans (18 %).

Le contrôle parental

Près de la moitié (49 %) des parents de jeunes âgés de 6 à 17 ans admettent avoir déjà utilisé, de façon régulière ou occasionnelle, un logiciel de contrôle parental. Il s’agit d’une hausse de 9 points de pourcentage par rapport à l’an dernier. Les parents de jeunes âgés de 6 à 12 ans (59 %) sont relativement plus nombreux à en faire usage comparativement aux jeunes âgés de 13 à 17 ans (37 %).

Le téléphone intelligent

Pour une première fois, le téléphone intelligent (74 %) est devenu l’appareil électronique préféré des jeunes Québécois et a dépassé en popularité l’ordinateur portable ou de table (70 %), la console de jeu vidéo (67 %) et la tablette électronique (62 %). C’est d’ailleurs le téléphone intelligent qui a connu la plus forte croissance au cours de la dernière année avec une augmentation de 12 points de pourcentage. La tablette électronique a connu un recul de 9 points de pourcentage en un an, passant de 71 % à 62 %.

Les réseaux sociaux

Près de 6 jeunes sur 10 (59 %) possèdent une page de profil personnel sur un réseau social tel Facebook ou Instagram, une hausse de 12 points de pourcentage par rapport à l’année précédente. Les jeunes âgés de 13 à 17 ans (83 %) sont plus nombreux à en détenir que ceux âgés de 6 à 12 ans (40 %).

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

L'Assemblée nationale condamne la censure d'un livre d'Élise Gravel aux États-Unis

L'Assemblée nationale condamne la censure d'un livre de la Québécoise Élise Gravel aux États-Unis. Les élus ont adopté jeudi une motion présentée par Manon Massé, de Québec solidaire (QS). Mardi dernier, Mme Gravel avait regretté dans les pages du journal «Le Devoir» que son livre «Pink, Blue and You», qui traite d'orientation sexuelle et ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...