Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Assouplissements des mesures sanitaires pour la COVID-19

Il ne faut pas penser qu'il n'y a plus de virus, dit le Dr Luc Boileau

durée 16h00
10 mars 2022
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Si la situation actuelle de la COVID-19 au Québec permet « d'être optimiste pour l'avenir » avec la levée, samedi, de plusieurs autres mesures sanitaires, « il ne faut pas penser qu'il n'y a plus de virus. »

C'est du moins le message livré ce matin en conférence de presse par le directeur national de santé publique par intérim, Luc Boileau, flanqué de la conseillère médicale stratégique senior de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Marie-France Raynault.

Il a d'ailleurs rappelé que le sous-variant BA-2 était actuellement responsable d'environ 10% des cas d'infection au Québec, « un virus plus contagieux qui s'attrape plus facilement et plus rapidement » avec lequel on doit être « prudent ».

Le médecin a quand même annoncé des assouplissements entourant les règles en cas de contact avec une personne infectée par la COVID-19. Ainsi, l'isolement de cinq jours ne sera plus obligatoire, mais le port du masque deviendra nécessaire. Il a également fortement conseillé d'éviter les restaurants, bars, karaokés et toute activité où le masque doit être retiré. Les contacts avec les personnes plus à risque doivent également être évités, a-t-il ajouté.

Rappelons qu'à partir du 12 mars, seul le port du masque sera toujours en vigueur au Québec alors que le passeport vaccinal ne sera plus exigé dans les lieux où il était obligatoire.

La capacité d’accueil dans les lieux publics passera à 100 % et qu'il n’y aura plus aucune limite de capacité par table dans les restaurants, les bars, les tavernes et les casinos. Cette date marquera aussi le retour aux heures normales d’activité pour ces établissements, de même que la reprise des activités de danse et de karaoké.

Il n’y aura plus de restrictions, non plus, du nombre de participants aux activités de nature sociale qui ont lieu dans une salle louée. Les registres des visiteurs dans les résidences privées pour aînés seront aussi retirés.

Le Dr Boileau a toutefois indiqué qu'il n'était pas prêt, pour le moment, à recommander au gouvernement le retrait définitif du masque, certainement pas avant la fin du moins de mars « au plus tôt. »

Avant le point de presse de ce matin, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé sur son compte Tweeter le retour des bals de finissants dans les écoles du Québec, qui se tiendront selon les mêmes règles sanitaires que l'an dernier, ont indiqué les autorités de la santé publique.

« Le retour progressif à la vie normale, ça dépend de nous. La responsabilité, c'est la nôtre ». de faire remarquer le Dr Boileau.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

L'Assemblée nationale condamne la censure d'un livre d'Élise Gravel aux États-Unis

L'Assemblée nationale condamne la censure d'un livre de la Québécoise Élise Gravel aux États-Unis. Les élus ont adopté jeudi une motion présentée par Manon Massé, de Québec solidaire (QS). Mardi dernier, Mme Gravel avait regretté dans les pages du journal «Le Devoir» que son livre «Pink, Blue and You», qui traite d'orientation sexuelle et ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...