Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Montant de 46,4 millions $

Québec lance un nouveau programme de mobilisation pour l’action climatique

durée 10h30
14 novembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Une nouvelle enveloppe budgétaire sera consacrée aux initiatives citoyennes en matière de lutte aux changements climatiques au Québec.

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, en fait l’annonce dimanche à l'occasion d’une rencontre avec la délégation du Québec à la COP27, à Charm-el-Cheikh, en Égypte.

Québec souhaite encourager la société civile à s’impliquer grâce à sa Stratégie de mobilisation pour l’action climatique, qui se veut un prolongement d’autres programmes ayant financé des actions de mobilisation par le passé.  

Le montant de 46,4 millions $ répond à une demande fréquente de groupes consultés par le ministère, selon M. Charette. Il s’agit d’un montant bonifié, ajoute-t-il, en comparaison avec les programmes précédents.  

À titre d’exemple, il cite notamment le média spécialisé en action climatique Unpointcinq et le Baromètre de l’action climatique, qui ont bénéficié du soutien financier du gouvernement.  

Depuis 2016, environ 35 millions $ ont été octroyés à 84 projets de lutte aux changements climatiques dans le cadre du programme Action-Climat Québec, notamment Agriclimat pour aider les fermes dans leur adaptation aux changements climatiques, le Mouvement VÉLOSYMPATHIQUE qui incite à la création d’environnements favorables à la pratique du vélo, les Rendez-vous branchés pour faire connaître les voitures électriques ainsi que des dizaines de projets locaux.  

La nouvelle enveloppe de 46,4 millions $ s’étale sur les cinq prochaines années.  

«Si la demande devait être importante, pour nous, c’est le genre d’initiative qu’on veut promouvoir, donc il sera toujours possible de considérer un financement renouvelé si jamais les sommes devaient s’épuiser plus rapidement qu’anticipé», précise M. Charette en entrevue avec La Presse Canadienne. 

Les groupes intéressés pourront présenter leur initiative de mobilisation lors d’appels à projets, qui seront évalués par le ministère.  

Appel à tous
Tous les groupes sont invités à participer, précise le ministre. Cependant, le gouvernement a également la volonté de soutenir les communautés autochtones dans leurs actions climatiques. 

«Dans le cadre de la préparation du Plan pour une économie verte, on a consulté les communautés autochtones et on leur promettait des initiatives qui pouvaient toucher directement leur communauté», souligne M. Charette. 

Le Plan pour une économie verte est une politique-cadre d’électrification et de lutte contre les changements climatiques dévoilée il y a deux ans. L’objectif est d’avoir une société sobre en carbone et résiliente à l’horizon 2030. 

Les organisations proposant des formations au grand public sont aussi incitées à participer. «Les initiatives et les possibilités sont très très nombreuses», ajoute le ministre, citant l’exemple d’une formation en gestion des matières résiduelles donnée par un organisme.  

Il s'agit également d’un outil de plus pour les municipalités qui souhaitent encourager leurs résidants à se regrouper pour agir. Par exemple, «une municipalité (voulant) accompagner un groupe de citoyens pour aider à mobiliser un quartier dans le but d’atteindre un objectif en particulier» pourrait prétendre à un financement dans le cadre de la Stratégie de mobilisation pour l’action climatique.  

D’autres programmes sont à disposition des municipalités pour faire face aux changements climatiques, rappelle-t-il.  

«Pour la transition climatique locale (TCL), un fonds de 200 millions $ sera disponible dès le début de 2023 pour (que les municipalités mettent) en place des plans de lutte aux changements climatiques», explique M. Charette. 

Pendant la campagne électorale, les maires du Québec avaient fait front pour réclamer 2 milliards $ par année pour adapter leurs infrastructures aux changements climatiques.  

Le ministre est à la 27e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), Charm el-Cheikh, en Égypte, jusqu’à mercredi. Une centaine de Québécois y sont également présents.  

Dimanche, une rencontre est organisée en après-midi avec les représentants de la société civile, soit plus d’une trentaine d’organismes. Le ministre rencontrera ensuite les membres de la délégation économique. 

Johanna Pellus, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 décembre 2022

Gaspillage d'énergie: Fitzgibbon veut que les Québécois modèrent leur consommation

Les Québécois ont pris l'habitude de consommer l'électricité sans compter. Mais cette belle insouciance envers le gaspillage de l'énergie sera bientôt révolue, si on se fie au gouvernement Legault, déterminé à inverser la tendance. Le ministre de l'Énergie, Pierre Fitzgibbon, annonce l'ère de la «sobriété» en matière de consommation ...

1 décembre 2022

Les députés du PQ n'ont pu entrer au Salon bleu aujourd'hui

Les trois députés du Parti québécois (PQ) n'ont pas pu entrer au Salon bleu jeudi matin, à l'Assemblée nationale. La sergente d'armes de l'Assemblée nationale leur a bloqué l'accès parce qu'ils n'avaient pas prêté serment au roi Charles III. Entre-temps, la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, faisait une mise au point ...

30 novembre 2022

Le Québec veut une immigration 100 % francophone ou francotrope

Le Québec voudra sélectionner à l'avenir une immigration 100 % francophone ou francotrope, a précisé mercredi la ministre de l'Immigration, Christine Fréchette. Les francotropes peuvent avoir comme langue maternelle l'arabe, le vietnamien, le laotien, le créole, le catalan, le portugais, le roumain, l'espagnol ou le swahili. Selon la ...