Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Campagne publicitaire de Québec

La nouvelle publicité sur la qualité du français rate sa cible, estiment le PQ et QS

durée 18h00
17 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La nouvelle publicité gouvernementale visant à encourager les Québécois à parler un bon français s'attaque injustement aux jeunes, estiment le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS).

Le député de QS Vincent Marissal croit que la publicité — dans laquelle un narrateur décrit un faucon pèlerin en franglais, avec toutes sortes d'expressions comme «sick», «insane» et «sketch» — rate sa cible.

«Quand j'étais ado, j'en avais plein d'expressions aussi qui n'étaient probablement pas dans le Larousse», a affirmé M. Marissal lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale.

«Être "down", moi, je pensais que c'était "déprimé". Ce n'est pas ça que ça veut dire. Bon, ça, c'est l'évolution, puis les jeunes vivent dans un environnement, dans un écosystème, (...) dans leur société», a-t-il poursuivi.

L'important, a-t-il dit, c'est que les jeunes «soient capables de faire une dictée de 60 mots sans faire huit fautes».

Joël Arseneau, du PQ, affirme s'être fait la même réflexion. «Est-ce que ce sont davantage les jeunes qu'on doit viser? a-t-il demandé. Je pense qu'on vise la mauvaise cible.» 

«Le gouvernement doit se saisir de la situation du déclin du français. (...) Ça ne repose pas sur les épaules des individus uniquement, mais bien sur les épaules du gouvernement», a-t-il ajouté.

M. Arseneau a dit s'attendre à ce que le gouvernement déploie une stratégie beaucoup plus «élaborée» pour préserver le français au Québec.

La nouvelle campagne publicitaire mettant en vedette le faucon pèlerin appelle au «grand éveil national», s'est défendu en mêlée de presse le ministre responsable de la Langue française, Jean-François Roberge.

«Effectivement, il y a des jeunes qui peuvent s'exprimer de cette manière-là, pas seulement des jeunes. Ça m'arrive de m'échapper aussi. À tout âge, on peut être porté à ponctuer nos phrases de mots en anglais. 

«L'essentiel, c'est qu'on débatte de la place du français et qu'on soit tous interpellés, qu'on prenne conscience de la fragilité du français», a déclaré le ministre.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...

7 mai 2024

Quatre départs en quelques semaines au cabinet de François Legault

Le premier ministre François Legault perd un quatrième collaborateur en quelques semaines: son directeur des relations médias, Manuel Dionne, qui se joindra à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).  Ce départ survient après ceux de Vincent Desmarais, d'Isabelle Lewis et de Sébastien Lauzon, tous des membres de la garde ...

6 mai 2024

Projet de loi 51: les opérateurs de machinerie lourde sonnent l'alarme

Le gouvernement Legault s'apprête à permettre à des charpentiers-menuisiers d'opérer de la machinerie lourde, sans qu'ils n'aient la formation nécessaire. C'est ce que soutient l'Union des opérateurs de machinerie lourde, local 791, qui dénonce le principe de «polyvalence» inscrit dans le projet de loi 51. En point de presse à Québec lundi, ...