Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Chaque premier vendredi de juin

Le gouvernement crée la Journée nationale contre la violence liée aux armes à feu

durée 10h00
2 juin 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le premier vendredi de juin de chaque année sera désormais proclamé la «Journée nationale contre la violence liée aux armes à feu», a annoncé le gouvernement fédéral jeudi.

Célébrée pour la première fois vendredi, cette journée rendra hommage aux victimes de la violence par armes à feu, a indiqué le premier ministre Justin Trudeau lors de l’annonce officielle.

«Ça va être une journée pour se souvenir des victimes et une journée pour faire de la sensibilisation», a expliqué M. Trudeau alors qu’il prenait la parole au centre d’entraînement des Raptors de Toronto.

Devant des membres d’organismes qui luttent contre la violence par armes à feu, le premier ministre a affirmé qu’il faut que le pays cesse d’être confronté à des fusillades meurtrières, comme celle qui a eu lieu la fin de semaine dernière à Hamilton, en Ontario.

«Il faut que ça arrête», a martelé M. Trudeau, faisant référence à l’incident lors duquel un propriétaire mécontent a abattu les deux locataires dans la vingtaine à qui il louait son sous-sol samedi dernier.

Le premier ministre a par la suite mis de l’avant certaines mesures prises par son gouvernement pour réduire la circulation des armes à feu au pays.

«Notre gouvernement a interdit plus de 1500 modèles d’armes à feu de style d’assaut, y compris le Ruger Mini-14, qui a été utilisé à Polytechnique, et le AR-15», a fait valoir M. Trudeau.

Il a aussi rappelé qu’Ottawa a élargi les processus de vérification des antécédents judiciaires et durci les sanctions à l'encontre des personnes qui commettent des infractions liées aux armes à feu, dont la contrebande.

L'annonce de jeudi est survenue alors que le Sénat examine un projet de loi du gouvernement qui renforcerait les restrictions sur les armes de poing, augmenterait les peines pour le trafic d'armes, tenterait de limiter les armes fantômes de fabrication artisanale et d'interdire les armes d’assaut.

Les conservateurs se sont opposés à ce projet de loi à la Chambre des communes, estimant qu'il pénalisait davantage les propriétaires d'armes qui respectent les lois que les vrais criminels.

Le gouvernement a également investi des centaines de millions de dollars pour des programmes communautaires visant à réduire la violence liée aux armes à feu et aux gangs, ainsi qu’à dissuader les jeunes de s'engager dans la voie de la criminalité.

«Nous sommes ici pour travailler à vos côtés à l'occasion de Journée nationale contre la violence liée aux armes à feu, car chaque Canadien doit avoir la liberté d'aller à l’épicerie, à l'école ou à l’église sans avoir peur», a souligné M. Trudeau.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


L'équipe de direction de Santé Québec prend forme avec quatre nouvelles nominations

Quatre nouveaux membres font leur entrée dans l'équipe de direction de l'agence Santé Québec. D'autres nominations seront annoncées d'ici la fin de l'été, moment où l'équipe exécutive devrait être complète. Les nouveaux membres sont Julie Boucher, Sonia Dugas, Patrick Thierry Grenier et Vincent Lehouillier. Leur nomination a été entérinée par le ...

durée Hier 12h00

Le ministre Champagne croit qu'il faut se pencher sur la sécurité des élus fédéraux

François-Philippe Champagne croit que le temps est venu de se pencher sur la sécurité des membres du gouvernement fédéral, les ministres fédéraux n’ayant pas de gardes de sécurité qui les accompagnent dans leurs déplacements. Interrogé sur cette question dans la foulée de l’attentat contre l'ex-président américain Donald Trump, samedi, le ...

15 juillet 2024

Dominic LeBlanc s'est entretenu avec la GRC et le SCRS après l'attaque contre Trump

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Dominic LeBlanc, s'est entretenu avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) après la tentative d'assassinat de l'ancien président américain Donald Trump. «Ils ont passé en revue l'ensemble des menaces. Ils m'ont parlé de la vigilance accrue ...