Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Elles demandent à Ottawa de se contenter de financer les soins et les services sans se mêler de leur organisation.  

Québec et les provinces rappellent à Ottawa de ne pas se mêler de soins de santé

durée 14h00
1 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Une motion adoptée mardi par l'Assemblée nationale du Québec rappelle poliment au gouvernement fédéral de se mêler de ses affaires en matière de soins et de services de santé, tout en lui redemandant de rehausser leur financement.

Soumise conjointement par le ministre de la Santé, Christian Dubé, et les porte-parole des oppositions, la motion «rappelle le déséquilibre important dans le financement du réseau de la santé», tout en insistant sur le fait qu'il s'agit d'un «champ de compétence exclusif du Québec» pour lequel la province «est en droit de demander une compensation sans condition pour tout nouveau programme fédéral».

Rappelons que le Québec est la seule province qui ne compte toujours pas d'entente de principe avec le gouvernement fédéral sur la bonification des transferts en santé. Le gouvernement de François Legault serait toujours en discussions avec Ottawa, mais on refuse catégoriquement d'accepter l'imposition de toute condition par le fédéral.

Par ailleurs, les provinces s'inquiéteraient de voir Ottawa chercher de nouvelles manières d'empiéter sur leur autonomie en santé. La motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale fait référence à une lettre cosignée par plusieurs ministres de la Santé et initiée par Christian Dubé. 

Ce dernier a récemment réussi à rallier huit de ses homologues pour cosigner une lettre demandant à Ottawa de cesser de s'ingérer dans leur champ de compétence.

La missive transmise au ministre fédéral Mark Holland porte la signature des ministres de la Santé du Québec, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Saskatchewan, de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et du Yukon.

Ce que reprochent les provinces au ministre Mark Holland, c'est le dépôt attendu d'une nouvelle lettre d'interprétation de la Loi canadienne sur la santé qui «ne contribue pas à appuyer les systèmes de santé publique, mais tente plutôt d'offrir une approche fédérale éloignée des réalités».

«Cette approche ne correspond pas aux priorités provinciales et territoriales et ne reflète pas les besoins et les réalités de nos résidents», peut-on lire dans la lettre dont La Presse Canadienne a obtenu copie.

Les ministres des provinces et territoires disent avoir besoin d'un «partenaire fédéral qui soutiendra financièrement les systèmes de santé» en respectant les particularités de chacun.

Autrement dit, ils demandent à Ottawa de se contenter de financer les soins et les services sans se mêler de leur organisation.  

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les conservateurs votent contre la hausse d'impôt sur le gain en capital

Après huit semaines d'un silence assourdissant, les conservateurs ont finalement révélé mardi qu'ils sont contre la hausse d'impôt sur les gains en capital de plus de 250 000 $, lorsque les libéraux ont forcé la tenue d'un vote spécifiquement sur cette mesure fiscale. Tous les autres partis ont voté pour. Prenant la parole à la Chambre des ...

10 juin 2024

Gains en capital: un vote aura lieu mardi, les yeux rivés vers les conservateurs

Les conservateurs de Pierre Poilievre devront prendre position au plus tard mardi concernant la mesure qui vise à augmenter l’impôt sur les gains en capital de plus de 250 000 $, alors que les libéraux forceront un vote sur la motion de voies et moyens qu'ils ont déposée lundi. Lors d'un point de presse dans le foyer de la Chambre des communes, ...

7 juin 2024

Le gouvernement est ouvert à modifier le projet de loi sur les préjudices en ligne

Le ministre canadien de la Justice se dit ouvert à modifier la loi visant à protéger les Canadiens contre les méfaits en ligne, tandis que les conservateurs affirment que le gouvernement pourrait plutôt agir plus rapidement en modernisant les lois existantes. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a présenté vendredi à la Chambre des communes sa ...