Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Elles demandent à Ottawa de se contenter de financer les soins et les services sans se mêler de leur organisation.  

Québec et les provinces rappellent à Ottawa de ne pas se mêler de soins de santé

durée 14h00
1 novembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Une motion adoptée mardi par l'Assemblée nationale du Québec rappelle poliment au gouvernement fédéral de se mêler de ses affaires en matière de soins et de services de santé, tout en lui redemandant de rehausser leur financement.

Soumise conjointement par le ministre de la Santé, Christian Dubé, et les porte-parole des oppositions, la motion «rappelle le déséquilibre important dans le financement du réseau de la santé», tout en insistant sur le fait qu'il s'agit d'un «champ de compétence exclusif du Québec» pour lequel la province «est en droit de demander une compensation sans condition pour tout nouveau programme fédéral».

Rappelons que le Québec est la seule province qui ne compte toujours pas d'entente de principe avec le gouvernement fédéral sur la bonification des transferts en santé. Le gouvernement de François Legault serait toujours en discussions avec Ottawa, mais on refuse catégoriquement d'accepter l'imposition de toute condition par le fédéral.

Par ailleurs, les provinces s'inquiéteraient de voir Ottawa chercher de nouvelles manières d'empiéter sur leur autonomie en santé. La motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale fait référence à une lettre cosignée par plusieurs ministres de la Santé et initiée par Christian Dubé. 

Ce dernier a récemment réussi à rallier huit de ses homologues pour cosigner une lettre demandant à Ottawa de cesser de s'ingérer dans leur champ de compétence.

La missive transmise au ministre fédéral Mark Holland porte la signature des ministres de la Santé du Québec, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Saskatchewan, de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et du Yukon.

Ce que reprochent les provinces au ministre Mark Holland, c'est le dépôt attendu d'une nouvelle lettre d'interprétation de la Loi canadienne sur la santé qui «ne contribue pas à appuyer les systèmes de santé publique, mais tente plutôt d'offrir une approche fédérale éloignée des réalités».

«Cette approche ne correspond pas aux priorités provinciales et territoriales et ne reflète pas les besoins et les réalités de nos résidents», peut-on lire dans la lettre dont La Presse Canadienne a obtenu copie.

Les ministres des provinces et territoires disent avoir besoin d'un «partenaire fédéral qui soutiendra financièrement les systèmes de santé» en respectant les particularités de chacun.

Autrement dit, ils demandent à Ottawa de se contenter de financer les soins et les services sans se mêler de leur organisation.  

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Ottawa réaffectera 10,5 milliards $ aux soins de santé et le logement

Le gouvernement fédéral réaffectera 10,5 milliards $ des budgets de 69 ministères, organismes et sociétés d'État afin d'augmenter les investissements dans les soins de santé et pour le logement, a présenté la présidente du Conseil du Trésor, Anita Anand.  Les détails figurent dans le budget principal des dépenses du gouvernement, déposé jeudi ...

Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...