Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une garderie en plein cœur d'un CHSLD

durée 00h00
10 décembre 2013
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par Myriam Tougas-Dumesnil

Vendredi matin, 9h30. C'est l'heure de la collation pour Jade, Gabriella, Léandre et Émilie. Assis autour de la table miniature de la garderie Aux p'tits rayons, les quatre amis savourent leur melon, impatients de prendre part à une prochaine activité. Après le rapide lavage des doigts collants, la troupe saute dans l'ascenseur. Direction : deuxième étage, où plusieurs personnes âgées les attendent pour jouer au ballon.

« Ici, c'est une aile barrée parce qu'il y a beaucoup de… Attention à la porte, Léandre ! Beaucoup de personnes qui ont l'Alzheimer. » Cela fait vingt ans que Kathy Therrien travaille comme éducatrice en garderie. Centres de la petite enfance, garderie à domicile. Tout ça, elle connaît. « J'ai tout essayé et ici, c'est vraiment le best ! »

« Ici », c'est le Manoir Soleil, un centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) situé à Chambly. Un lieu de résidence abritant entre autres une cafétéria, une cinquantaine de lits, une salle communautaire et… une garderie. « Au début, j'étais impressionnée parce que je n'étais pas habituée. Je trouvais ça difficile de voir les personnes âgées. Il y en a qui ne reçoivent jamais de visite et ça fend le cœur. Mais aujourd'hui, ça fait ma journée de les voir sourire quand j'arrive avec les enfants », confie Kathy.

La responsable de la garderie Aux p'tits rayons entre régulièrement en contact avec les résidents du Manoir Soleil puisque chaque semaine, des activités enfants-résidents sont organisées. « Il y a vingt ans, les gens qui se retrouvaient en CHSLD étaient moins hypothéqués physiquement qu'aujourd'hui. À l'époque, on pouvait organiser des sorties au zoo, aux pommes ou au fort Chambly », raconte la vice-présidente du Manoir Soleil, Nancy Gaudet. « Aujourd'hui, la clientèle a changé. On fait plutôt du bricolage, de la cuisine, des dessins. On joue au ballon et on invite des chansonniers. »

Une histoire de famille

C'est Mme Gaudet qui, en 1993, a eu l'idée d'implanter une garderie au Manoir Soleil, dix ans après que ses parents aient fondé le CHSLD. « Je suis diplômée en psychologie infantile. Ma mère, en gérontologie. On savait que ça fonctionnerait », raconte-t-elle. « En plus, à l'époque, j'étais enceinte de mon deuxième enfant et c'était une sécurité de savoir que je les aurais près de moi, même ici, au travail. Il y a déjà une cuisinière qui fait les repas, des infirmières… Kathy peut se consacrer entièrement aux enfants. C'est comme une garderie en milieu familial, mais avec les avantages sécuritaires et logistiques de l'établissement. »

Pour eux, les enfants sont comme des médicaments. Nancy Gaudet

L'éducatrice en garderie considère quant à elle que la présence d'une garderie au Manoir Soleil « fait du bien à tout le monde », y compris aux enfants. « Ça leur apprend à respecter les gens qui sont différents. L'autre jour, je les ai surpris à marcher tout croche. Je leur ai demandé ce qu'ils faisaient et ils m'ont dit qu'ils jouaient aux personnes âgées ! Tu ne verras jamais ça, des enfants qui jouent aux personnes âgées ! C'était tellement drôle ! Mais ils s'aidaient à marcher entre eux. »

Même son de cloche du côté de la fondatrice de la garderie, pour qui innocence de l'enfant rime avec absence de jugement. « Eux, ils ne se posent pas de questions. Même si la madame dit quelque chose qui n'a pas de sens, ça ne change rien. Ils voient qu'elle est gentille, qu'elle est humaine. »

Bien qu'ils soient peu nombreux à pouvoir l'exprimer, les résidents du Manoir Soleil apprécient la présence des enfants. Il suffit de voir la façon dont ils regardent les amis de la garderie passer dans le corridor… « Pour eux, les enfants sont comme des médicaments », fait remarquer Nancy Gaudet. « On voit surtout leur effet chez les personnes Alzheimer. »

Des sourires grandissants, des yeux lumineux et une énergie nouvelle… L'arrivée des enfants se fait indéniablement sentir dans la salle du deuxième étage, où on s'apprête à jouer au ballon. Les enfants semblent donner un regain de vie aux résidents. L'une d'entre eux va même jusqu'à pousser la note pour faire danser les jeunes. « Regarde, elle sourit. Elle ne fait jamais ça avec nous », entend-t-on parmi le personnel hospitalier. « C'est comme si elle venait de se réveiller… »

Après quelques lancers de ballon bien appréciés, Jade, Gabriella, Léandre et Émilie reprennent le chemin de l'ascenseur en sautillant, déjà prêts à aller colorier avec les résidents de l'étage au-dessus.

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • K
    Karine
    temps Il y a 7 ans
    Je suis tout à fait d'accord avec le fait que les enfants font du bien aux personnes âgées. Ma fille de 4 ans vient avec moi voir mon père à toutes les semaines au CHSLD et les bénéficiaires sont toujours très contents de la voir et ma fille leur dit bonjour et leur fait un sourire.
    Eux aussi ils ont une garderie juste à côté et font souvent des activités avec eux. Je trouve que c'est une excellente idée.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

SAAQ: la transition informatique implique la suspension de plusieurs services courants

Une transformation informatique qui vise à offrir bientôt des services en ligne simples d’utilisation et sécuritaires à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) est en cours depuis jeudi dernier, jusqu’au 20 février prochain, mais elle implique la suspension de plusieurs services courants. Par exemple, aucun véhicule ne peut être ...

30 janvier 2023

Québec: minorités visibles sous-représentés chez les dirigeants d'organismes publics.

Un nouveau rapport publié lundi constate que les membres des minorités visibles sont encore sous-représentés dans les postes de direction des organismes publics québécois. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse constate que les obstacles persistent non seulement pour accéder aux emplois, mais encore davantage pour la ...

27 janvier 2023

FRAPRU: les loyers moins chers sont plus rares dans les régions métropolitaines

Ce sont les logements à plus bas loyer qui sont les plus rares dans les régions métropolitaines du Québec, selon ce qu'affirme le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) qui revient à la charge avec sa demande au gouvernement du Québec d’un financement accru de construction de nouveaux logements sociaux. Le FRAPRU signale que le ...