Publicité
8 janvier 2020 - 11:27 | Mis à jour : 12:02

Moyens de pression innovants

Grève dans les milieux familiaux régis et subventionnés : l'ADIM passe au vote

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Annoncé en début d’année, l’ADIM SUROÎT affiliée à la FIPEQ-CSQ tient actuellement un vote de grève auprès des 700 responsables de service de garde en milieu familial régi et subventionné (RSE). Près de 3640 familles seront touchées par cette grève potentielle.

Le 20 décembre 2019, le comité de négociation syndical FIPEQ-CSQ a reçu une offre monétaire à 12,75 $/h pour la première année, soit en deçà du nouveau salaire minimum annoncé hier par le ministre du Travail, Jean Boulet. Au nom des RSE, la FIPEQ-CSQ demande un rattrapage monétaire à 16,75 $/h dès la première année.

Réagissant à ces offres, l’ADIM SUROÎT a eu sa première rencontre le 7 janvier. La présidente de l’ADIM SUROÎT, Mélanie Piché, a alors souligné :  « nous annonçons donc une recommandation pour des mandats de grève. Ces mandats seront votés partout au Québec du 6 au 15 janvier prochain. »

Moyens de pression innovants

L’ADIM SUROÎT propose comme partout au Québec des moyens de pression innovants, créatifs et originaux afin de réduire l’impact de ces moyens sur les parents et afin de maximiser l’impact sur le gouvernement. Le vote de grève proposé est unique par sa nature : une réduction de la prestation de travail de 15 minutes, tous les vendredis, et ce, jusqu’à concurrence de 2 heures.

L’ADIM SUROÎT recommande à ses membres également l’adoption d’une demi-journée et d’une journée de grève à être déclenchée au moment jugé opportun. « Nous innovons en annonçant à l’avance aux parents notre calendrier de grève. Chaque matin, tous les vendredis, pendant huit semaines, nous ouvrirons 15 minutes plus tard. C’est simple et prévisible », conclut Mme Piché.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.