Publicité
10 février 2020 - 09:00

Une nouvelle ère s’ouvre pour le réseau scolaire québécois

Projet de loi n°40: Jean-françois Roberge persiste et signe

Par Salle des nouvelles

En marge de l'adoption sous bâillon du projet de loi 40, qui abolit instantanément les commissions scolaires, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, et la responsable solidaire en Éducation, Christine Labrie, ont lancé un avertissement à la CAQ: la réforme de Jean-François Roberge est vouée à l'échec. 

« De la présentation du projet de loi jusqu'au bâillon, Jean-François Roberge nous a donné un bel avant-goût de sa définition de la décentralisation. Non seulement il se débarrasse des élus, mais les miettes laissées aux écoles n'arrivent pas à la cheville des pouvoirs qu'il s'accorde lui-même! Il est convaincu de comprendre mieux les besoins du réseau que les gens qui travaillent sur le terrain. La réalité va le rattraper, comme on le voit en santé depuis la réforme Barrette », a prédit la députée de Sherbrooke. 

Pour rappel, le projet de loi abolit les élections scolaires, transforme les commissions scolaires en centres de services scolaires et officialise une décentralisation importante de la prise de décision vers celles et ceux qui connaissent les élèves par leur nom.

Période de transition

Selon le ministre de l'Éducation, le vote des parlementaires permettra la mise en œuvre de la nécessaire modernisation de la gouvernance scolaire, dans un contexte où les dernières élections scolaires ont été marquées par un taux d’abstention record de 95 %.

Le mandat actuel des commissaires scolaires francophones prend fin immédiatement, après quoi s’enclenchera une période de transition, menée par les directeurs généraux des commissions scolaires, et ce, jusqu’à la désignation des membres des conseils d’administration des centres de services scolaires.

Pour le ministre, le projet de loi instaure également d’importantes dispositions contribuant à reconnaître l’expertise professionnelle des enseignantes et enseignants du Québec ainsi que la participation essentielle des parents aux différentes instances décisionnelles. Une équipe du Ministère accompagnera également le réseau scolaire durant cette période.

« Avec le vote de l’Assemblée nationale, les élèves pourront sous peu compter sur une réelle gouvernance scolaire de proximité, moins bureaucratique et, surtout, centrée sur leurs besoins et leur réussite, a défendu Jean-François Roberge, député de Chambly et ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Dès demain, je me remettrai au travail avec les directeurs généraux, les directions d’établissement, les parents, les enseignants et tous les autres membres du personnel scolaire, de même qu’avec l’ensemble des partenaires du réseau scolaire québécois, afin d’assurer une mise en place réussit des centres de services scolaires, et ce, à temps pour la prochaine rentrée scolaire. »
                                                                                              

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.