Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Selon une étude américaine

Un tiers des espèces d’insectes pourrait disparaître d’ici la fin du siècle

durée 17h00
27 avril 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Stéphane Tremblay
email
Par Stéphane Tremblay, Journaliste

Une récente étude confirme les appréhensions des scientifiques à l’effet qu’un tiers des espèces d’insectes pourrait disparaître d’ici la fin du siècle. Déjà, près de la moitié de toutes les espèces dans le monde sont en déclin. 

Les deux principaux facteurs aggravants: la température qui se réchauffe et l’utilisation de pesticides.

À court terme, ce sont les bourdons les plus menacés. Ils résistent moins au réchauffement de la planète. Les abeilles coupeuses de feuilles et les abeilles maçonnes sont également en baisse, sauf que les abeilles résistent mieux au réchauffement climatique que les bourdons. 

En effet, l’étude américaine, publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B, prévoit davantage d'abeilles de petite taille, moins de bourdons. Le changement climatique influence sur la taille de ces insectes. 

Des scientifiques ont capturé 20 000 insectes de la famille des abeilles sur une période de huit ans dans les montagnes Rocheuses afin d'étudier comment les différentes familles réagissaient au changement des conditions climatiques. 

Selon les auteurs de l'étude, la zone de moyenne montagne de laquelle sont issus les échantillons est « particulièrement vulnérable au changement climatique et pourraient remodeler radicalement les communautés d’abeilles » en général en raison des températures de printemps plus douces et une fonte des neiges précoce.

Les chercheurs mentionnent aussi avoir constaté que l'abondance des abeilles spécialisées dans le creusement des rayons du nid et des abeilles de grande taille diminuait avec l'augmentation des températures, contrairement aux abeilles plus petites nichant dans le sol qui augmentait. 

Une pollinisation réduite

Selon l’ONU, les insectes sont les principaux pollinisateurs dans le monde : 75 % des 115 principales cultures dépendent de la pollinisation animale, dont le cacao, le café, les amandes ou les cerises.

Les répercussions risquent donc de s’étaler dans tout l’écosystème souligne les spécialistes. Ils craignent que le réchauffement climatique ait « des effets en cascade sur la pollinisation et le fonctionnement des écosystèmes. La perte d’abeilles plus grosses, qui volent plus loin pour chercher leur nourriture, pourrait entraîner une réduction dans la pollinisation longue distance ». 

Ces résultats concordent avec d’autres études dans le passé montrant que les bourdons pollinisateurs dominants dans de nombreux écosystèmes sont plus vulnérables. Ils ont une tolérance à la chaleur plus faible et se déplacent vers des régions plus fraîches à des altitudes plus élevées lorsque les températures grimpent. La taille de leur corps et leur comportement au nid les rendent plus fragiles à un climat qui se réchauffe.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...

durée Hier 12h00

La crise du logement est liée à la pénurie de main-d'œuvre en construction

Résoudre la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction sera essentiel pour augmenter l'offre de logements disponibles sur le marché, soutiennent des experts, alors que l'agence nationale du logement du Canada continue de prévoir des niveaux de mises en chantier inférieurs à la demande. Selon la Société canadienne d'hypothèques et ...

17 avril 2024

Les mini-hôpitaux axés sur les besoins des aînés pour désengorger les urgences

À mi-chemin entre un groupe de médecine de famille (GMF) et un hôpital, le gouvernement du Québec a clarifié mercredi son modèle de mini-hôpitaux privés qui se concentrera sur les besoins des aînés.  Deux mini-hôpitaux, qui ressembleront à des cliniques spécialisées en gériatrie, verront le jour dans les régions de Montréal et de Québec.  Le ...