Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les recommandations du Forestier en chef

Climat et aménagement des forêts: un vaste chantier est nécessaire

durée 09h00
7 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Un article publié récemment dans la revue scientifique «Proceedings of the National Academy of Sciences Nexus» (PNAS Nexus) arrive à un constat similaire à celui du Forestier en chef du Québec: il faut diversifier les types d’arbres plantés dans nos forêts et un vaste chantier est nécessaire pour rendre les forêts plus résilientes aux changements climatiques.

Selon un professeur du Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Christian Messier, la rentabilité économique des espèces d’arbres ne doit plus déterminer l’aménagement de nos forêts. 

L’industrie forestière doit plutôt planter des essences d’arbres adaptées aux nouvelles conditions climatiques et l’industrie de la construction doit s’adapter, en diversifiant les types de bois qu’elle utilise.

Ce qui implique donc de remplacer certains types de bois dont se sert l’industrie de la construction, par d’autres, qui ont des caractéristiques similaires.

«Il faut inverser la relation. Actuellement, le besoin de l'industrie dicte le type de forêt qu'on reboise ou qu'on aménage, mais ça devrait être l'inverse. On devrait regarder quels types d’arbres rendent les forêts  plus résilientes et capables de s'adapter aux changements globaux et demander à l'industrie (de la construction) de s'adapter en utilisant les espèces que l'on produit», a résumé Christian Messier, l’un des auteurs de l’étude publiée dans la revue PNAS Nexus.

Il a ajouté que «c'est possible, c’est désirable et c’est aussi une approche qui va probablement aller de l'avant dans le futur, donc c'est un appel à l'industrie pour qu’elle augmente sa flexibilité».

Les auteurs de l’article, des urbanistes et des biologistes, ont étudié la forêt tempérée du sud-est du Canada, en classant les espèces d’arbres en fonction de leurs traits écologiques, mais aussi de leur utilité dans la fabrication de plusieurs produits.

Certains types d’arbres, comme l’épinette blanche ou l’épinette noire, sont peu résilients aux feux de forêt, mais ils représentent pourtant une importante proportion des plantations du Québec.

Cette homogénéisation des écosystèmes forestiers «est évidemment une approche qui simplifie la forêt, qui la rend beaucoup plus susceptible à presque toutes les perturbations».

Il faut donc, selon le chercheur, planter plus de feuillus, de peuplements mixtes, avec des essences adaptées au feu comme les pins gris et rouge et le peuplier.

«L'industrie du bois va devoir s'adapter aux espèces qu'on va favoriser, et ce, de façon régionale. Ça veut dire par exemple qu’en Gaspésie, on ne plantera pas les mêmes espèces qu’en Abitibi, il va donc devoir y avoir une adaptation régionale de l'industrie forestière», a résumé le biologiste.

En raison des changements climatiques, il faut également planter des essences plus au nord de leur aire de répartition traditionnelle, là où les conditions climatiques actuelles et futures sont propices à leur établissement.

«C'est bien connu que plus on a une forêt diversifiée avec des mélanges feuillus conifères, moins ces forêts-là vont brûler», mais «il ne faut pas faire l’erreur de dire qu’on va adapter nos forêts seulement qu’au feu. Les menaces sont beaucoup plus diversifiées que ça, on peut avoir des sécheresses, on peut avoir des maladies, des insectes, donc il faut vraiment une approche de diversification très globale, qui tient compte de l'ensemble des menaces», a ajouté le professeur de l’UQAM.

Les recommandations du Forestier en chef

Diversifier les forêts, planter au nord des espèces d’arbres qui autrefois poussaient seulement au sud, définir des stratégies d’adaptation propres à chaque région et revoir les pratiques forestières actuelles font également partie des recommandations faites mardi par le forestier en chef Louis Pelletier, au gouvernement Legault.

Dans un document intitulé «Changements climatiques: Réflexion sur notre aménagement forestier», le forestier en chef se dit préoccupé pour la pérennité des forêts.

«En fonction des changements climatiques, la forêt de demain ne sera pas celle d’aujourd’hui et sera encore plus différente de la forêt du passé. Nous pensons que notre aménagement forestier, tel que réalisé depuis plusieurs années au Québec, doit évoluer. Nous croyons que le statu quo de nos pratiques ne peut être envisagé face aux défis posés par l’adaptation du milieu forestier à de nouvelles conditions climatiques», peut-on lire dans le document.

Louis Pelletier a souligné que «la gestion de la forêt doit dorénavant être pensée comme un tout intégré afin de diminuer les risques, de préserver la biodiversité, les espèces menacées et les avantages socioéconomiques».

Le forestier en chef a remis ses recommandations à la ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina.

Au moment de publier cet article, le bureau de la ministre n’avait pas encore réagi aux recommandations. 

Stéphane Blais, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Christian Dubé progresse vers sa transformation numérique dans le système de santé

Le gouvernement Legault fait un pas de plus vers la transformation numérique dans le réseau de la santé. La Loi sur les renseignements de santé et de services sociaux, qui permettra la création d'un dossier de santé numérique suivant le parcours du patient, entrera en vigueur le 1er juillet. Cette loi permettra au patient de ne plus avoir à ...

Recyclez de manière responsable vos appareils réfrigérants et climatisants

Le 1er juillet, jour national de déménagement pour les Québécois, est à nos portes et l'organisme GoRecycle met en garde la population contre les conséquences de l'abandon d'appareils réfrigérants et climatisants et invite à un recyclage responsable.  Mentionnons que GoRecycle est le seul organisme reconnu par RECYC-QUÉBEC pour la gestion ...

durée Hier 18h00

Environnement Canada prévoit un été chaud, mais n'ose pas s'avancer sur la pluie

Il faudra se diriger vers l’Ouest plutôt que vers le Nord si l’on veut échapper à la canicule l’été prochain. Environnement Canada a publié mardi ses prévisions pour l’été 2024 et celles-ci font état «avec certitude» de températures au-dessus des normales presque partout au pays sauf en Colombie-Britannique et au Yukon, où les températures seront ...