Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Éducation

Le Dr Julien demande que l'école soit reconnue comme un service essentiel

durée 09h00
13 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Entre les virus et les grèves, les enfants québécois ont été trop souvent privés d'éducation, dénonce le Dr Gilles Julien. Cela a d'importantes conséquences sur leur santé, soutient le pédiatre qui réclame que l'école soit reconnue comme un service essentiel.

Les enfants ayant fait leur entrée en première année en septembre 2019 s'approchent de la fin de leur parcours primaire en n'ayant pratiquement pas connu d'année scolaire standard. Les mesures sanitaires ont forcé la fermeture des écoles, des catastrophes naturelles ont entraîné d'autres journées sans classe et maintenant le conflit de travail dans le secteur public prive les enfants d'apprentissages.

Selon le Dr Gilles Julien, dont la fondation a développé l'approche de pédiatrie sociale partout au Québec, les enfants ne devraient jamais être privés d'école.

«On n'a pas de services essentiels en éducation et c'est une catastrophe pour les enfants», plaide-t-il en parlant des graves conséquences sur leur développement. Il souligne que l'enfance est la période de la vie où l'on apprend à une vitesse folle et qu'il faut en profiter au maximum.

Le médecin qui traite certains des enfants les plus vulnérables de la société explique que le contexte sanitaire et économique n'a fait que fragiliser davantage ses jeunes patients. 

«Les enfants commençaient à se relever un peu de la pandémie et de la non-fréquentation scolaire et là, tout à coup, on les remet en arrêt d'éducation», dénonce-t-il en entrevue à La Presse Canadienne.

D'après le Dr Julien, la fermeture des classes envoie un très mauvais signal aux jeunes. Ceux-ci peuvent alors sentir qu'ils ne sont pas importants ou que l'éducation n'a pas de valeur puisqu'on peut mettre l'école sur pause n'importe quand sans problème.

Or, les conséquences sont dramatiques, insiste-t-il. Au cours des trois premières années de la pandémie, le pédiatre a vu des troubles d'apprentissage s'aggraver et des troubles de comportement se multiplier.

Le Dr Julien explique que les bouleversements dans l'environnement des tout-petits créent «des stress toxiques» qui provoquent à leur tour énormément d'anxiété.

Dans une lettre d'opinion publiée cette semaine par Le Devoir, l'homme qui se porte à la défense des enfants invoque la Convention relative aux droits de l'enfant qui reconnaît le droit à l'éducation sur la base de l'égalité des chances. Il martèle qu'on doit en faire «obligatoirement» une «valeur fondamentale» de notre société.

Plus loin, le Dr Julien donne l'exemple des enfants ayant des troubles de développement, des troubles d’apprentissage ou des difficultés psychoémotives. Ceux-ci souffrent davantage des fermetures scolaires. 

«Les retards ne font qu’empirer, les troubles se complexifier et l’anxiété devenir chronique et toxique», écrit-il en blâmant «l'insouciance des décideurs».

S'il considère la grève des enseignants comme étant «bien justifiée», le pédiatre social en appel tout de même à une sérieuse réflexion sur l'ajout de l'école à la liste des services essentiels. Il dit craindre la démotivation des enfants et des conséquences à long terme pouvant ultimement mener à des décrochages qui auraient pu être évités.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


11 avril 2024

Il faut bâtir 1,3 M de logements d'ici 2030 pour répondre à la demande

Le directeur parlementaire du budget estime que le Canada devrait construire 1,3 million de logements supplémentaires d'ici 2030 pour répondre à la demande. Le rapport évalue combien de logements supplémentaires devraient être construits pour ramener le taux d'inoccupation du Canada à la «moyenne historique» de 6,9 % mesurée sur vingt ans, entre ...

11 avril 2024

Baisse de la proportion de Québécois qui consomment du cannabis

La proportion de Québécois âgés de 15 ans et plus ayant consommé du cannabis a diminué de 2022 à 2023, indiquent les données de l'Institut de la statistique du Québec dévoilées jeudi matin.  L'an dernier, près de 17 % de la population de 15 ans et plus avait consommé du cannabis dans les 12 derniers mois, alors que cette proportion était de 19 % ...

11 avril 2024

Les infirmières praticiennes spécialisées pourront prendre en charge des patients

Certaines infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne pourront commencer dès la semaine prochaine à prendre en charge les personnes qui s'inscrivent au guichet d'accès à un médecin de famille. C'est ce qu'a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui a présenté ce changement comme une façon d'offrir aux ...