Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'interdiction du cellulaire en classe en vigueur après les Fêtes au Québec

durée 14h02
26 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La nouvelle directive de Québec interdisant les cellulaires dans les salles de cours entrera en vigueur au retour des vacances des Fêtes, faisant de la province la deuxième à mettre en œuvre une telle mesure, après l'Ontario.

La directive, qui vise à réduire les distractions en classe, entre en vigueur le 31 décembre.

Elle s'applique aux écoles primaires et secondaires du secteur public, mais elle laisse aux enseignants la possibilité de laisser les élèves utiliser leur téléphone à des fins pédagogiques spécifiques.

De nombreuses écoles québécoises avaient déjà adopté des règles limitant l'utilisation des téléphones portables en classe avant que le ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, n'introduise l'interdiction en août.

Cependant, certains intervenants auprès des enfants estiment qu'il est dans l'intérêt de ces derniers de rendre les restrictions aussi sévères que possible.

Quelques jours avant l'annonce du gouvernement Legault, Étienne Bergeron, enseignant au secondaire à Warwick, au Centre-du-Québec, a lancé une pétition demandant au gouvernement de bannir les téléphones cellulaires partout sur le terrain de l'école.

En entrevue, M. Bergeron dit qu'il serait allé beaucoup plus loin, comparant sa pétition à ce que Québec a finalement décidé de faire.

Il aurait souhaité que tous les appareils personnels soient interdits dans les écoles, «même dans les couloirs, les espaces publics, les bibliothèques, partout».

Selon lui, si un enseignant souhaite que ses élèves utilisent un cellulaire à des fins pédagogiques, il faut que ce soit bien défini.

M. Bergeron affirme qu'il n'est pas opposé à la technologie. Il dirige le laboratoire créatif de son école et enseigne aux élèves la programmation, la musique et la conception de jeux vidéo.

L'enseignant précise toutefois que ses cours utilisent les outils numériques pour développer l'esprit, et non pour surfer en ligne sans but précis.

«La réalité est que lorsque les jeunes sont sur leur téléphone, ils sont sur TikTok, ils jouent à des jeux, mentionne M. Bergeron. Je suis convaincu qu'il n'est pas dans la mission des écoles québécoises de laisser nos jeunes devant ces appareils qui les rendent littéralement antisociaux.»

Selon le ministère de l'Éducation du Québec, toutes les écoles doivent se doter, d'ici le 31 décembre, d'une politique limitant l'utilisation des téléphones cellulaires en classe. Il appartiendra à chaque centre de services scolaires (CSS) de prévoir des sanctions pour les élèves qui ne respectent pas les règles.

Certains CSS, dont celui de Montréal ainsi que la commission scolaire English Montreal, ont mis en place depuis un certain temps des règles interdisant l'utilisation des téléphones portables en classe en dehors des cours autorisés.

L'exemple de l'Ontario

En Ontario, les syndicats d'enseignants déplorent que l'interdiction imposée par la province en 2019 ne soit pas respectée et que les cellulaires soient régulièrement présents dans les salles de classe.

Au Toronto District School Board — le plus grand conseil scolaire du Canada — la présidente Rachel Chernos Lin a présenté une motion visant à réexaminer la question en janvier et à élaborer une nouvelle politique rigoureuse d'interdiction des téléphones portables.

«J'aimerais qu'il y ait quelque chose qui ait un peu de mordant, a indiqué Mme Chernos Lin. Mais au bout du compte, j'espère que nous créerons une culture autour de l'utilisation des téléphones portables qui sera différente de celle que nous connaissons aujourd'hui.»

Un professeur à la faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, Joel Westheimer, n'est pas surpris que le conseil scolaire de Toronto veuille rouvrir le débat, car il estime que la règle de l'Ontario est «extrêmement imparfaite parce qu'elle n'a pas été rédigée de manière à ce qu'elle s'applique réellement à l'ensemble de la province».

«Des résultats très positifs» ailleurs

La question des cellulaires est au premier plan depuis qu'un rapport de l'UNESCO a conclu en juillet qu'ils pouvaient perturber l'apprentissage. M. Drainville a déclaré que ce rapport l'avait incité à agir.

Plusieurs pays sont allés plus loin que le Québec et l'Ontario. En 2018, la France a banni les téléphones dans les cours d'école pour les moins de 15 ans, tandis que la Chine a interdit les téléphones pour les écoliers en 2021.

Le gouvernement britannique a annoncé en octobre qu'il publierait des lignes directrices pour aider les dirigeants d'établissement qui souhaitent interdire les téléphones dans les écoles, ajoutant que sa mesure serait conforme à des interdictions similaires en Italie et au Portugal.

«De nombreuses juridictions à travers le monde ont mis en place des interdictions de téléphones portables et ont constaté des résultats très positifs. Les élèves sont moins distraits, ils se montrent plus engagés, et on a même constaté des progrès scolaires et une diminution de la solitude», fait valoir M. Westheimer.

La présidente de la Fédération des comités de parents du Québec, Mélanie Laviolette, accueille favorablement ces règles.

«Ce que nous espérons, c'est que nos enfants soient dans la meilleure position possible pour apprendre, donc ne pas avoir TikTok à portée de main est une bonne chose», soutient Mme Laviolette.

La directrice de l'Association des comités de parents anglophones, Katherine Korakakis, a qualifié la décision du gouvernement d'«occasion manquée» qui évite de se pencher sur des questions telles que la dépendance à la technologie, l'éducation aux médias ou les fausses nouvelles et se concentre plutôt sur des mesures punitives.

«Je pense que des cours sur la citoyenneté numérique, l'utilisation de la technologie, la dépendance et ce type de sujets avec les élèves auraient un impact bien plus important que le retrait d'un téléphone», affirme-t-elle.

Sidhartha Banerjee, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les surdoses en hausse chez les adultes dans la vingtaine et la trentaine au Canada

Le quart des décès survenus chez les adultes dans la vingtaine et la trentaine au Canada en 2021 ont été causés par des opioïdes, selon une nouvelle étude publiée lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne. Selon des chercheurs de l’Université de Toronto, le nombre de décès attribuables aux opioïdes a plus que doublé en deux ans ...

11 avril 2024

Il faut bâtir 1,3 M de logements d'ici 2030 pour répondre à la demande

Le directeur parlementaire du budget estime que le Canada devrait construire 1,3 million de logements supplémentaires d'ici 2030 pour répondre à la demande. Le rapport évalue combien de logements supplémentaires devraient être construits pour ramener le taux d'inoccupation du Canada à la «moyenne historique» de 6,9 % mesurée sur vingt ans, entre ...

11 avril 2024

Baisse de la proportion de Québécois qui consomment du cannabis

La proportion de Québécois âgés de 15 ans et plus ayant consommé du cannabis a diminué de 2022 à 2023, indiquent les données de l'Institut de la statistique du Québec dévoilées jeudi matin.  L'an dernier, près de 17 % de la population de 15 ans et plus avait consommé du cannabis dans les 12 derniers mois, alors que cette proportion était de 19 % ...