Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 novembre 2013 - 00:00

Québec acquiert un corridor ferroviaire reliant Chambly et Longueuil

Par Myriam Tougas-Dumesnil

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a récemment acquis un corridor ferroviaire de 22 km reliant les municipalités de Chambly, Carignan et Longueuil. Ce corridor, situé à l'ouest de la route 112, présente plusieurs options, dont celle du transport collectif.

En entrevue téléphonique, la porte-parole du MTQ Isabelle Buisson a soutenu qu'il est « trop tôt pour spéculer » sur les projets qui pourraient être réalisés sur cette voie. « Il y aura assurément une option de transport collectif analysée par l'Agence métropolitaine de transport », a-t-elle toutefois confié.

Pour leur part, les maires de Carignan et Chambly voient tous deux d'un très bon oeil l'achat du corridor ferroviaire par Québec. « C'est la meilleure nouvelle depuis longtemps, si ça peut désengorger la 112 et offrir des possibilités de développement du transport en commun », s'est exclamé René Fournier. Rappelons qu'entre 24 000 et 32 000 véhicules circulent chaque jour sur la route 112.

Quant à lui, le maire de Chambly Denis Lavoie a parlé d'une « bonne chose », se disant « hyper content que le corridor soit préservé ». Cela faisait un an déjà que l'entreprise ferroviaire Canadien National (CN) avait mis en vente le tronçon qui relie Chambly et Longueuil. « C'est un corridor qui servait au transport de marchandises, avant, mais il était abandonné depuis trois ans », rappelle le porte-parole du CN Louis-Antoine Paquin. « On ne s'en est jamais servi pour le transport de passagers, que ce soit par train, via l'AMT ou encore VIA Rail. »

Le communiqué de presse envoyé la semaine dernière par le MTQ pour annoncer l'achat du corridor ferroviaire faisait référence au « développement de solutions de mobilité des personnes ». Si rien n'est encore coulé dans le béton, une première rencontre entre le MTQ, l'AMT et les municipalités de Longueuil, Carignan et Chambly a eu lieu le 28 octobre dernier, selon le ministère des Transports. « L'objectif était de se concerter pour développer une vision d'ensemble et échanger sur la création possible d'un comité de travail », précise Isabelle Buisson, du MTQ.

Selon le maire de Carignan René Fournier, les comités ainsi formés auront comme mandat l'étude du flot de circulation de la 112. « Il va falloir regarder la provenance des automobilistes qui passent par là et voir la direction qu'ils empruntent. » M. Fournier souligne aussi qu'il n'était pas présent à la rencontre du 28 octobre, puisqu'il n'était pas encore élu à cette date.

Le nouveau maire de Carignan affirme toutefois qu'à la suite d'une étude qu'aurait faite son parti, « certaines idées sont ressorties, notamment celle d'un mini rail aérien électrique ». Un projet qu'il juge intéressant et pratique. « Ce serait rapide, écologique, pas très bruyant… Ça ne nuirait pas à la circulation et ce serait quatre saisons. »

Le maire de Chambly Denis Lavoie préfère quant à lui ne pas s'enthousiasmer trop vite. « Moi, j'aime parler de chiffres avant de parler de projets. Un train électrique, c'est sûr que ce serait bien, c'est de l'énergie propre. Mais on parle de centaines de millions. C'est des gros capitaux. Je pense qu'il faut commencer par s'asseoir pour voir les possibilités, parce que le MTQ a un budget limité au niveau des nouvelles infrastructures. Il y a de l'argent pour rénover, pas pour en créer de nouvelles », souligne-t-il. « On avait regardé pour un train de banlieue. Ça aurait coûté 150 M $. C'est le genre de solutions qui doit venir du gouvernement, avec des fonds du gouvernement. Et présentement, Québec a un objectif de déficit zéro. Je suis incapable de créer des espoirs quand je ne suis pas maître du projet. »

M. Lavoie espère aussi qu'une vision d'ensemble permettra d'opter pour la solution la plus profitable. « Je crois aux solutions globales, pas aux solutions chirurgicales. Présentement, on est dans des solutions d'opportunités, qui ne s'inscrivent pas dans un plan global. On est le seul pays du G8 sans plan national de transport et je pense que c'est à Québec de faire ça. Aujourd'hui, gérer, c'est prévoir. Ça prend un plan directeur. »

Selon le maire de Chambly, une autre rencontre entre les municipalités concernées et le ministère des Transports du Québec devrait avoir lieu après les Fêtes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.