Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ligne d’interconnexion au Maine

De possibles pertes de 500 M $ pour Hydro-Québec

durée 07h00
4 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Si elle ne parvient pas à réaliser son projet de ligne d’interconnexion au Maine, Hydro-Québec devrait inscrire une charge de plus de 500 millions $ à ses résultats, estime la société d’État.

Le projet de 336 kilomètres qui traverserait le Québec et l’État américain pour acheminer de l’électricité vers le Massachusetts a été rejeté à 59 % par les citoyens du Maine lors d’un référendum en novembre dernier.

L’avenir du projet est entre les mains de la Cour suprême du Maine qui devra déterminer si le résultat du référendum est inconstitutionnel, comme le prétendent Hydro-Québec et ses partenaires. D’ici là, les travaux sont suspendus.

Si le projet devait être abandonné, Hydro-Québec estime qu’elle devra inscrire une charge de 536 millions $ à ses résultats, selon son rapport annuel.

Cette somme comprend des coûts d’immobilisations corporelles de 347 millions $ qui seront imputés aux résultats. Cela représente plus de la moitié du budget de 600 millions $ prévu pour construire la portion québécoise de la ligne, d’une longueur de 103 kilomètres.

L’autre tranche de 189 millions $ représente des sommes que la société s’est engagée à verser en vertu d’ententes.

L’avis émis dans le rapport annuel ne tient pas compte des dépenses électorales de 22,3 millions $ US, l’équivalent de 28 millions $, faites par Hydro-Québec, selon les données les plus récentes du commissaire à l’éthique du Maine.

En 2019, Hydro-Québec avait également enregistré une charge de 46 millions $ pour l’abandon du projet de ligne Northern Pass, qui devait acheminer l’électricité du Québec vers le Massachusetts, en passant par le New Hampshire.

Le contrat de ventes d’électricité avec le Massachusetts rapporterait des revenus de 10 milliards $ sur 20 ans à Hydro-Québec. Il réduirait les gaz à effet de serre de 3 millions de tonnes métriques, l’équivalent d’enlever 700 000 voitures de la route.

Arrêté en pleine construction
C’est la première fois qu’Hydro-Québec fournit une estimation des coûts d’un possible abandon du projet. Le partenaire d’Hydro-Québec au Maine, NECEC, a déjà dépensé près de 450 millions $ US, ce qui représente 43 % des coûts anticipés, selon des documents déposés devant les tribunaux.

Malgré la suspension des travaux, la société d’État ne baisse pas les bras. «Hydro-Québec demeure convaincue de la valeur, des mérites et de l’importance du projet NECEC, répond Caroline Des Rosiers, porte-parole de la société d’État. Compte tenu des démarches judiciaires en cours, rien n’indique que le projet sera abandonné et Hydro-Québec demeure très confiante quant à sa réalisation.»

La Cour suprême du Maine a autorisé, en janvier, l’adoption d’un horaire accéléré pour entendre la demande du partenaire d’Hydro-Québec. Le début de la plaidoirie est prévu pour le 9 mai prochain.

NECEC et Hydro-Québec estiment que le référendum est inconstitutionnel et que le projet, dont la construction a commencé au début de l’année 2021, dispose d’un droit acquis. «Rappelons que le projet NECEC a obtenu tous ses permis, après une démarche rigoureuse de plus de 30 mois auprès des nombreuses instances réglementaires américaines», ajoute Mme Des Rosiers.

Une autre cause sera aussi déterminante pour le projet. Des permis pour une portion de la ligne de 1,6 kilomètre sont également contestés dans une autre cause. Un juge de la Cour supérieure du Maine a invalidé les permis en question accordés par le gouvernement en 2014. Le jugement est en appel.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

Le prix moyen d'une maison en août était de 67 % supérieur au «niveau abordable»

Le directeur parlementaire du budget affirme que le prix national moyen d'une propriété en février était supérieur de plus de 50 % à ce qu'il était il y a deux ans, avant la pandémie. Dans un nouveau rapport, publié jeudi, le directeur parlementaire du budget (DPB) indique que le prix national moyen des propriétés au Canada est ainsi passé de 551 ...

21 septembre 2022

Des augmentations de salaire de 4,1 % au Québec en 2023

Les employeurs du Québec s'attendent à devoir augmenter les salaires dans leur établissement de 4,1 % l'an prochain, rapporte l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. Il s'agit de la prévision de hausses salariales la plus élevée depuis 2008, selon l'Ordre. C'est le secteur des technologies de l'information et des ...

12 septembre 2022

«Un très bel été» en hôtellerie dans toutes les régions du Québec

Alors que les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ont été durement touchés au plus fort de la crise sanitaire, le milieu souffle enfin un peu après avoir connu «un très bel été», selon la présidente-directrice générale (PDG) de l'Association Hôtellerie Québec (AHQ), Véronyque Tremblay.  La saison estivale a été «au-delà» de ses ...