Publicité

11 juin 2020 - 13:50

Réduction des délais de construction des infrastructures

Projet de loi 61 : le gouvernement promet de revenir à la charge s'il n'est pas adopté

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Ce vendredi, le gouvernement québécois se réunit afin de voter sur le principe du controversé projet de loi 61 qui a comme but de réduire les délais pour la construction des infrastructures. Le premier ministre maintient que ce n’est pas normal que cela prenne en moyenne 4 ans pour finaliser un CHSLD ou n’importe quel projet.

M. Legault indique que bien avant l’arrivée de la pandémie, leur gouvernement travaillait déjà sur le sujet. Par contre, il a été décidé de déposer rapidement le projet de loi dû au contexte actuel et s’assurer de ne pas perdre l’été 2020 pour aider à la relance économique. Entre autres, plusieurs travailleurs de la construction sont au chômage par l’annulation de contrat privé et en accélérant des projets publics cela leur permettrait de retourner sur les chantiers. 

Depuis le début de la semaine, plusieurs amendements ont été faits afin que les trois partis de l’opposition accepte le principe demain. Le premier ministre explique que même s’il n’y avait pas eu la pandémie et que le projet de loi ne passait pas ils reviendraient le déposer à l’automne. 

Si les quatre partis s’entendent ce vendredi, la semaine prochaine la commission parlementaire pourra débuter et le gouvernement casuiste est prêt à faire des compromis et travailler avec l’opposition. 

L’autre point important est la crainte d’un retour de la collusion et de la corruption dans le monde de la construction. M. Legault assure que plusieurs mesures seront mises en place pour éviter de revenir à cette « période sombre » que le Québec a déjà connu par le passé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.