Publicité

11 août 2020 - 13:00

Vie politique

Saint-Jean-sur-Richelieu: le PQ d'Iberville lance une pétition contre le projet de parc industriel

Par Salle des nouvelles

Le Parti Québécois d’Iberville a lancé une pétition qui a recueilli plus de 3500 signatures en quelques jours. Elle sera déposée aux députés caquistes de Saint-Jean et d’Iberville, à la MRC et aux maires de toutes les municipalités. Le but est de « s'opposer au projet PAIR et protéger nos terres agricoles » selon le parti.

Depuis plusieurs années, les élus de la MRC du Haut-Richelieu avancent l’idée d’avoir un nouveau parc industriel à Saint-Jean-sur-Richelieu. Ils ont donc développé le projet PAIR. Un parc industriel (pôle d’innovation) qui serait construit à l’intersection de la 10 et la 35 sur des terres agricoles.

Pour commencer le projet, ils avaient besoin de l’approbation de la Commission de la protection du territoire agricole (CPTAQ) qui leur a été refusé en 2017. Ils ont par la suite fait appel devant le Tribunal administratif du Québec (TAQ) qui a également refusé le projet en 2019.

Certains élus ont donc profité de la venue du premier ministre du Québec à Saint-Jean pour essayer de le convaincre de la bonne volonté du projet. Selon le PQ, François Legault, avec Louis Lemieux (député de Saint-Jean), a vanté le projet comme étant bon pour la région. Quelques jours auparavant, la MRC avait adopté à l’unanimité une motion demandant au gouvernement d’outrepasser par décret la décision des deux tribunaux.

Demande aux caquistes de «défendre nos terres agricoles»

En réaction aux commentaires du premier ministre, le Parti Québécois s’est senti obligé de défendre les terres agricoles du Québec qui, « aujourd’hui, ne représente que 2% de la superficie du territoire de notre province », explique le parti dans un communiqué. C’est pourquoi le 30 juillet, l’exécutif local a décidé de lancer une pétition sur le site Change.org. L'objectif était de mettre le plus de pression possible afin d’arrêter ce projet. Le succès a été instantané puisque nous avons recueilli 3563 jusqu’à maintenant.

« Les raisons de notre implication dans le dossier sont simples, justifie le PQ d'Iberville. Premièrement, comme nous l’avons dit, il ne nous reste que 2% de terres agricoles au Québec. Deuxièmement, pour accroître notre souveraineté alimentaire, il nous faut des terres qui nous permettent de cultiver des produits de chez nous ou nourrir les animaux. Troisièmement, cet enjeu est national parce que c’est de l’avenir de notre garde-manger collectif qu’il est question ici. Finalement, si ce projet va de l’avant, où sera le prochain dézonage ? »

La pétition demande aux députés caquistes de Saint-Jean (Louis Lemieux) et d’Iberville (Claire Samson) de défendre nos terres agricoles, et donc, convaincre le premier ministre et le ministre de l’Agriculture de rejeter la demande de décret de la MRC.

La  pétition sera envoyée aux députés, à la MRC et à chacun des maires et mairesses. Sur un autre front, le député du Parti Québécois Sylvain Roy, porte-parole en agriculture, parrainera une deuxième pétition sur le site de l’Assemblée nationale, qui sera déposée au parlement. Celle-ci visera à mettre de la pression sur François Legault et son ministre André Lamontagne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.