Publicité

6 octobre 2020 - 14:46

À l’heure actuelle 500 éclosions actives ont été recensées au Québec

« Il faut dire aux gens que c’est à partir d’aujourd’hui que vous pouvez faire une différence » - Christian Dubé

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

C’est seul que le ministre de la Santé et de Services sociaux, M. Christian Dubé, s’est adressé à la presse, ce mardi afin de faire le point sur les dernières données en lien avec la COVID-19 au Québec.

Malgré un nouveau bilan de plus de 1300 cas d’infection et 15 décès supplémentaires, le ministre Dubé estime qu’il est encore possible de casser cette deuxième vague.

En insistant sur le fait que ladite nouvelle vague est grandement différente de la première, le ministre de la Santé a rappelé que « si les personnes affectées sont plus jeunes, ça va prendre plus de temps pour en voir les impacts autant sur les hospitalisations que sur les décès. »

Comme l’avaient prédit les autorités de Santé publique, a ajouté le ministre, la transmission communautaire se répand partout au Québec et a des impacts importants sur le réseau de la santé. Rappelons d’ailleurs que 75% de la population du Québec est désormais en état d’alerte maximale.

Le ministre Dubé a également indiqué que d’autres régions de la province pourraient passer au palier d’alerte rouge dans les prochains jours. « On pourrait penser qu’il y aurait d’autres régions en rouge parce que la façon dont on voit le nombre d’éclosions n’est pas à la baisse. » À l’heure actuelle 500 éclosions actives ont été recensées au Québec. 

Christian Dubé a aussi tenu à rappeler que les données partagées aujourd’hui sont le résultat d’actions posées dans les dix derniers jours. 

« Il faut dire aux gens que c’est à partir d’aujourd’hui que vous pouvez faire une différence », a conclu le ministre.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Chambly Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Chambly Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.