Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Assemblée nationale

Réfection du Salon bleu: Roy jette les plans de Paradis à la poubelle

durée 13h00
9 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, rejette l'idée de son prédécesseur de redisposer les sièges au Salon bleu en hémicycle.

«On va se dire les vraies affaires. Le Salon bleu, il est rectangulaire; un hémicycle, c'est un rond. Rentrer un rond dans un rectangle, pas sûre», a-t-elle déclaré en entrevue à La Presse Canadienne.

La salle de l'Assemblée nationale — communément appelée Salon bleu —, où siègent les députés depuis 1886, doit être rénovée en profondeur.

L'ex-président de l'Assemblée, François Paradis, suggérait de profiter des travaux de rénovation pour redisposer les fauteuils en demi-cercle, comme en France.

L'idée avait été reprise en 2020 par le ministre Simon Jolin-Barrette dans son projet de réforme parlementaire. Il parlait d'un «nouvel aménagement susceptible d'assainir le climat de travail».

La disposition actuelle des sièges dans la Chambre est une caractéristique héritée de la tradition parlementaire britannique. Elle place face à face le gouvernement et la «loyale opposition». 

«Moi, je pense que si on veut garder toutes nos places, la majorité des places, ça va demeurer face à face, puis on va peut-être arrondir les coins, mais il n'y aura pas de changement catastrophique», affirme Mme Roy.

Elle précise cependant qu'«il n'y a pas de décision finale d'arrêtée».

«Les élus auront à choisir différents plans qui leur seront soumis. Il n'y a rien d'arrêté. Mais il va falloir qu'une décision se prenne quand même assez rapidement», a-t-elle enchaîné. 

«On va nous soumettre des esquisses, ce à quoi ça pourrait ressembler, et ça va être soumis aux élus. Ça devrait se faire incessamment, au cours des prochains mois

Les travaux de rénovation du Salon bleu devraient s'échelonner d'août 2024 à janvier 2026, selon le calendrier préliminaire qui avait été prévu. 

Durant cette période, les pupitres, les fauteuils et le trône de la présidente devront notamment être déménagés au Salon rouge, qui accueillera les débats, dont la fameuse période de questions.

«Ça va nous amputer d'une salle pendant un bon moment», a prédit la présidente en entrevue.

Celle qui était ministre de la Culture de 2018 à 2022 affirme avoir demandé que l'on «s'assure que la valeur patrimoniale, l'histoire, est respectée pour ce qui est de la réfection et des travaux qui s'en viennent».

«On m'a dit: "Oui, oui, ce sera fait"», a-t-elle relaté.

L'Assemblée nationale refuse de dire pour le moment ce qu'elle fera du mobilier actuel. Certains des pupitres des députés sont vieux de 135 ans.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les sénateurs adoptent le projet de loi visant à contrer l'ingérence étrangère

Le Sénat a adopté mercredi soir le projet de loi visant à contrer les actes d'ingérence étrangère au Canada. Les sénateurs ont approuvé le projet de loi C-70 après avoir rejeté une proposition d'amendement qui visait à garantir que des innocents ne soient pas pris dans ses filets. Le projet de loi, qui doit maintenant obtenir la sanction ...

durée Hier 12h00

La Caisse de dépôt et placement contredit Geneviève Guilbault

Contrairement à ce que ne cesse de répéter la vice-première ministre et ministre des Transports, Geneviève Guilbault, ce n'est pas une «grande majorité» des parties prenantes consultées par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans le cadre de son analyse de la mobilité à Québec qui ont parlé de «sécurité économique». En fait, ce ne ...

17 juin 2024

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Le gouvernement fédéral ne veut pas préciser si les entreprises d’intelligence artificielle devraient payer les médias d'information canadiens pour le contenu que leurs robots utilisent ouvertement. Le gouvernement libéral a fait adopter il y a un an la Loi sur les nouvelles en ligne, qui oblige les «géants du web» à négocier des accords avec les ...