Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ministre responsable de la Laïcité, Jean-François Roberge

Loi 21: Québec veut renouveler la clause dérogatoire pour préserver la «paix sociale»

durée 15h00
8 février 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le gouvernement Legault a déposé, jeudi, un projet de loi pour protéger pendant cinq ans de plus sa Loi sur la laïcité de l'État.

Le ministre responsable de la Laïcité, Jean-François Roberge, a proposé de renouveler l'utilisation de la disposition de dérogation qui avait été invoquée une première fois en juin 2019 au moment d'adopter la loi.

La loi 21 interdit aux employés de l'État en position d'autorité — y compris les enseignants — de porter des signes religieux comme le voile musulman, la kippa juive, le turban sikh et les croix chrétiennes.

«C'est un acquis extrêmement important, a soutenu M. Roberge en mêlée de presse, jeudi. Ça préserve en ce moment, je vous dirais, une paix sociale, ça favorise le vivre-ensemble. C'est pour ça qu'on doit absolument reconduire la clause dérogatoire

Selon lui, la Loi 21 a amené «des clarifications extrêmement importantes pour le gouvernement, les institutions scolaires, les municipalités, les tribunaux, les policiers, sur ce qu'on peut faire et pas faire, la manière de traiter des demandes d'accommodements raisonnables».

Jeudi, le Parti libéral du Québec (PLQ) a affirmé qu'il s'opposait au renouvellement de la disposition de dérogation pour protéger la Loi sur la laïcité de l'État contre les poursuites judiciaires. 

«La clause nonobstant (...) passe tellement la gratte qu'il y a des droits et des libertés fondamentales, qui n'ont aucun rapport avec la Loi 21, qu'elle suspend», s'est insurgé le chef intérimaire du PLQ, Marc Tanguay.

Le projet de loi 52 du ministre Roberge pourrait cependant bénéficier de l'appui du Parti québécois (PQ) et de Québec solidaire (QS). Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon a déjà déclaré qu'il était «évidemment en faveur».

Du côté de QS, le chef parlementaire Gabriel Nadeau-Dubois a réitéré jeudi que son parti s'opposait à l'interdiction du port de signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité. 

Toutefois, ce débat sur la loi 21 doit se faire au Québec, et non en vertu de la Constitution canadienne, que le Québec n'a jamais signée, a-t-il dit.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

Le Canada signe un «pacte de glace» avec la Finlande et les États-Unis

De hauts responsables des gouvernements canadien et américain affirment qu'un nouvel accord trilatéral avec la Finlande aidera les alliés à construire des brise-glaces pour protéger l'Arctique. Le «pacte de glace», comme on l’appelle, vise à renforcer les capacités de construction navale des trois pays afin de dissuader les ambitions russes et ...

10 juillet 2024

Loi 21: le juge Mahmud Jamal accepte la demande de Québec de se récuser

Le juge de la Cour suprême du Canada Mahmud Jamal a accepté de se récuser dans le dossier de la contestation judiciaire de la loi 21 sur la laïcité de l’État, comme le demandait le procureur général du Québec. Dans une lettre datée de mardi, rapportée d'abord dans les médias de Québecor, le juge Jamal soutient qu'il n'existe «aucun fondement ...

8 juillet 2024

Les scrutins à l'étranger rendent peu probables des élections anticipées au Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a fait tourner les têtes à l'international en 2021 lorsqu'il a convoqué des élections anticipées en pleine pandémie de COVID-19. Il avait alors fait ce pari pour tenter de s'assurer une majorité libérale à un moment où tout semblait incertain. Et bien que le pari ait échoué, les Canadiens ont confié à M. Trudeau ...