Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La faute du réseau

Les agences privées de main-d'oeuvre en santé clouées au pilori

durée 14h00
15 mars 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Au premier jour des consultations particulières sur le projet de loi visant à limiter le recours aux services de main-d’œuvre indépendante dans le réseau de la santé et des services sociaux, le représentant des agences privées a été mis au pilori.

«Fléau», «parasite», «avarice», «mal nécessaire», «pratiques presque criminelles», les insultes pleuvaient mardi sur le dos des agences privées de personnel de santé.

En fin de journée, Patrice Lapointe, président de l’Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec (EPPSQ) et PDG de l'agence Services Progressifs, a été mitraillé de questions chargées.

«Vous défendez l'indéfendable», a asséné le ministre de la Santé, Christian Dubé, après avoir révélé que l'entreprise de M. Lapointe avait exigé des taux horaires de plus de 80 $ pour des infirmières auxiliaires en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord.

À titre comparatif, le ministre a rappelé que la convention collective plafonne la rémunération d'une infirmière auxiliaire à 32 $ de l'heure. 

Pour sa défense, M. Lapointe a plaidé que divers frais administratifs, primes d'éloignement et «per diem» doivent être pris en compte dans le calcul du taux horaire exigé par une agence.

Il a tout de même admis que certaines agences parmi les membres de son association ont abusé du système et qu'il ne défendrait pas la surfacturation. 

Malgré toutes les épithètes dénigrantes qui ont été accolées aux agences au fil de la journée, Patrice Lapointe a tenté de se définir comme un «collaborateur du réseau de la santé». Pourtant, tous les précédents témoins avaient martelé l'importance de se dissocier des agences et même de les éliminer.

La faute du réseau

Pour expliquer les dérapages dans la tarification des agences et l'appauvrissement de leurs services, M. Lapointe a mis la faute sur l'abolition des appels d'offres qualitatifs.

Selon lui, lorsque le réseau de la santé imposait des appels d'offres qualitatifs, les agences étaient forcées de répondre à des exigences de qualité. Si les critères n'étaient pas respectés, on n'ouvrait même pas l'offre de prix.

D'après M. Lapointe, le réseau a cessé cette pratique, ce qui a ouvert la porte aux abus.

Il a déclaré devant les parlementaires que des solutions structurantes étaient bienvenues pour encadrer l'industrie. Il s'est aussi défendu d'être aucunement la cause d'aucun problème de main-d'œuvre.

Alors que les élus estiment que les agences sont des pyromanes dans le réseau de la santé, l'association estime que les agences sont «des pompiers du système».

Pour le porte-parole de Québec solidaire en matière de santé, Vincent Marissal, ces entreprises ont simplement été trop avares.

«Vous aviez une poule aux œufs d'or et vous l'avez tuée», a-t-il résumé.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


16 mars 2023

La santé des femmes est souvent peu optimale avant une grossesse

La santé des femmes laisse souvent à désirer avant leur grossesse, ou même entre deux grossesses, et ce en dépit des ressources à leur disposition, démontre une étude réalisée par une chercheuse torontoise. L'excès de poids, la sédentarité, une alimentation déficiente et des troubles de santé mentale comptent parmi les principaux problèmes ...

15 mars 2023

Les sportifs sont des consommateurs insoupçonnés de nicotine, dit une étude

Les sportifs de calibre mondial sont des consommateurs insoupçonnés de nicotine, révèle une étude réalisée par un chercheur ontarien. Le professeur Toby Mündel, de l'université ontarienne Brock, et ses collègues espagnols et italiens ont ainsi découvert de la nicotine dans environ 20 % des quelque 61 000 échantillons d'urine qui avaient été ...

15 mars 2023

Diabète de type 2: petits changements, grands impacts chez les enfants

Ajouter seulement dix minutes d'activité physique modérée à vigoureuse par jour semble retarder l’apparition du diabète de type 2 et ralentir son développement chez les enfants à risque, indique une nouvelle étude québécoise. Il en va de même pour une réduction d'une heure par jour de la sédentarité ou du temps d'écran, ont constaté les ...