Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Plusieurs acteurs du milieu lancent un cri d'alarme

Québec doit agir d'urgence et vigoureusement pour sortir de la crise du logement

durée 10h00
15 juin 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement Legault a trop tardé à reconnaître la crise du logement et doit impérativement et immédiatement dresser un état de situation et préparer un plan de sortie de crise.

Dans une rare sortie commune, des acteurs du secteur de la construction, de l’immobilier, du milieu communautaire et des élus municipaux ont lancé, mercredi à Montréal, le cri d’alarme suivant: si la situation n’est pas prise en main dès maintenant de manière multisectorielle, la crise va s’aggraver en juillet 2024, en 2025 et en 2026.

Tous s’entendent pour dire que la crise est imputable à une offre de logements insuffisante et que cette situation va s’aggraver puisque l’on prévoit une baisse du nombre de mises en chantier, alors qu’elles devraient être multipliées par trois pour soulager le marché.

Le président et directeur général de Centraide du Grand Montréal, Claude Pinard, a ainsi déploré l'absence de construction de logements sociaux et abordables, pointant du doigt des édifices à condos en voie d'érection qui ne peuvent, en aucun cas, représenter une demeure potentielle pour une mère de famille monoparentale au salaire modeste.

Les acteurs réunis, signataires d’une lettre ouverte à ce sujet publiée mercredi, disent vouloir participer avec le gouvernement Legault à la mise en place de solutions, mais n’ont pas voulu s’avancer sur une issue ou une autre en conférence de presse, craignant qu’une idée soit reprise au détriment d’un plan global qui doit impliquer de nombreux ministères et une multiplicité de mesures.

Pour eux, toutes les mesures avancées jusqu’ici attaquent d’ailleurs le problème à la pièce, ce qui ne permettra pas de résoudre la crise à moyen ou long terme. Ils font valoir dans leur lettre ouverte que «l’habitation est un enjeu qui concerne également les infrastructures, le transport, l’économie, la santé, l’immigration, les aînés et l’itinérance» et que cette complexité «appelle une approche transversale» impliquant plusieurs ministères et d’autres acteurs de la société.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


28 février 2024

Des organismes s'inquiètent d’une montée de violence contre les jeunes LGBTQ+

Alors que se tient ce mercredi la Journée des chandails roses visant à sensibiliser contre l’intimidation dans les écoles, des organismes s’inquiètent d’une montée de la violence contre les jeunes de la communauté LGBTQ+.  Pour souligner cette journée, l’organisme communautaire Interligne invite la population à s’afficher avec un chandail rose en ...

28 février 2024

Un printemps qui s'annonce clément, selon les prévisions de MétéoMédia

Le printemps fera le bonheur des amoureux de l'été, mais risque de décevoir les adeptes de sports d'hiver alors que les températures s'annoncent plutôt clémentes pour une bonne partie du Québec et de l'Ontario, selon les prévisions de MétéoMédia. Les amateurs d'activités hivernales ne devraient pas fonder trop d'espoir sur les prochaines semaines ...

27 février 2024

Pannes: Hydro-Québec veut inverser la tendance dès cette année

Au moment où les changements climatiques mettent son réseau électrique à rude épreuve, Hydro-Québec s’est donné l’objectif de réduire le nombre de pannes de 35 % d’ici 7 à 10 ans. La société d’État veut que ce nombre baisse dès cette année.  Hydro-Québec vise une baisse de 1 % en 2024. «Ça ne paraît pas beaucoup, mais si on regarde dans les ...