Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs

Une amende de 60 000 $ pour avoir enfreint une loi sur les oiseaux migrateurs

durée 12h00
7 juillet 2021
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

L'application rigoureuse et efficace des lois canadiennes sur la protection des espèces sauvages est l'un des moyens concrets que le pays utilise pour respecter son engagement de conserver les espèces sauvages et leur habitat.

Le 21 juin 2021, au palais de justice de Saint-Jérôme, Frédéric Thibeault a été condamné à payer une amende totale de 60 000 dollars après avoir plaidé coupable à une infraction à la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. L'amende sera versée au Fonds pour dommages à l'environnement du gouvernement du Canada.

En juin 2019, les agents d'application de la loi d'Environnement et Changement climatique Canada se sont rendus sur les lieux de l'incident à Sainte-Sophie, où des activités de démolition étaient en cours, pour faire une inspection de conformité. Lors de l'inspection, les agents ont remarqué la présence de nids d'Hirondelle à front blanc, une espèce d'oiseaux migrateurs.

Une enquête a permis de constater les infractions commises par Frédéric Thibeault, qui a détruit quatre nids d'Hirondelle à front blanc. Le fait de détruire un nid ou un œuf d'un oiseau migrateur constitue une infraction, telle que spécifiée à l'alinéa 6a) du Règlement sur les oiseaux migrateurs, qui est condamnable sous la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. Frédéric Thibeault a donc été condamné à payer une somme de 15 000 dollars par nid détruit, pour une amende totale de 60 000 dollars.

Faits en bref

  • Les oiseaux migrateurs constituent une composante majeure de la biodiversité canadienne. Les oiseaux contribuent à l'environnement par la prédation d'insectes et de rongeurs, et par la dissémination des graines.
  • En vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids et de leurs œufs ainsi que de la réglementation des activités humaines susceptibles de leur nuire.
  • Créé en 1995, le Fonds pour dommages à l'environnement est un programme du gouvernement du Canada administré par Environnement et Changement climatique Canada. Le Fonds permet d'utiliser le montant des amendes imposées par les tribunaux pour réparer les torts causés à l'environnement ou générer des répercussions positives sur l'environnement. Il redistribue l'argent qui provient des amendes ou des règlements obtenus des tribunaux; habituellement, l'argent est investi là où le tort a été causé.

Appelez Échec au crime au 1-800-222-8477 pour signaler anonymement les crimes contre la faune. Vous pourriez être admissible à une récompense allant jusqu'à 2 000 dollars d'Échec au crime.

Source : CNW 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Moyens de pression des policiers de la SQ: une première en 15 ans

Devant la suspension samedi dernier des négociations entourant le renouvellement du contrat de travail des policières et policiers de la Sûreté du Québec échu depuis mars 2022,  l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ) n’a d’autre choix que de prévoir des moyens de pression, vient-on d'annoncer aujourd'hui par voie de ...

Le juge en chef de la Cour suprême plaide pour davantage de transparence

Les tribunaux canadiens doivent être plus transparents afin de maintenir la confiance du public dans le système de justice, a déclaré jeudi le juge en chef de la Cour suprême du Canada avant une rare séance à l’extérieur d’Ottawa. Le juge en chef Richard Wagner a déclaré à La Presse Canadienne qu’il était désormais plus important pour les ...

Forte augmentation des crimes en ligne durant la COVID-19

De nouvelles statistiques indiquent que les cas d’extorsion déclarés à la police au Canada ont augmenté de près de 300 % au cours de la dernière décennie, au moment où le crime a augmenté en ligne pendant la pandémie de COVID−19. «Ces augmentations inquiétantes sont liées à l’utilisation des plateformes de médias sociaux et d’autres fournisseurs ...